Tristesse, désillusion, cauchemar... La détresse des Bleus après la finale — Euro

11 Juillet, 2016, 16:20 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Tristesse, désillusion, cauchemar... La détresse des Bleus après la finale — Euro

Après la victoire historique du Portugal en finale de l'Euro face à la France ce dimanche (1-0, AP), le défenseur du Real Madrid s'est montré extrêmement fier du match des siens en conférence de presse.

D'abord parce que le Portugal était qualifié pour disputer la compétition. Il s'appelle Eder. Ce dimanche, c'était sa soirée! Un scénario qui n'est pas sans rappeler la finale de l'Euro 2004, perdue chez eux par les Lusitaniens face à la Grèce. Chose qu'il continuera de faire ensuite, il inscrit 2 buts, dont un en demi-finale contre les Pays-Bas (2-1), et gagne sa place de titulaire. "Que nous devions nous battre pour lui". La Seleção, rapidement privée de Cristiano Ronaldo sur blessure, a été sacrée championne d'Europe grâce à une frappe de l'attaquant de... La demi-finale de l'Euro 2000, encore contre le Portugal, arrive 6e dans les meilleures audiences des Bleus. "Le sentiment est chargé de beaucoup de tristesse". Lille cherchait un attaquant pour compléter son effectif, et pensait à Loïc Rémy, en rupture de ban à Chelsea. Il faudra se souvenir, quand l'écume et l'aigreur seront retombées, que Cristiano Ronaldo a traversé ce sommet en 25 petites minutes, dont le tiers passé à boiter après une intervention musclée de Payet qui lui a fait vriller le genou. La fête au Portugal ce lundi, avec le retour des héros à la mi-journée à Lisbonne, s'annonce hors normes. Personne ne croyait en nous.

Après plusieurs années de préparation, le premier Euro à 24 équipes est devenu réalité au cours du dernier mois, mais la qualité du spectacle s'est détériorée.

Les Portugais n'avaient plus battu la France depuis 1975.

Avec six réalisations, Antoine Griezmann devient le meilleur buteur en une phase finale de l'EURO depuis Michel Platini (9 buts) en 1984. Sur les avertissements reçus par le Portugal, tous l'ont été pour les joueurs à vocation défensive. Et comme un bon gardien fait sa chance, il a vu une frappe d'André-Pierre Gignac aboutir sur son poteau droit dans les arrêts de jeu de la deuxième demie. À l'image d'un Portugal qui n'aura pas brillé, remportant un seul match dans le temps règlementaire (victoire en prolongations face à la Croatie, aux tirs aux buts face à la Pologne et 2-0 contre le Pays de Galles) en servant un jeu pauvre voire parfois absent. Mais un but du Lillois Eder, à dix minutes de la fin de la prolongation est venu tout balayer.

Comme toute l'équipe, il m'a donné de la force, de l'énergie et ce fut très important. Elle avait son charme, sa saveur, son histoire.

Recommande: