25e minute : Cristiano Ronaldo sort sur blessure

11 Juillet, 2016, 15:25 | Auteur: Ruben Ruiz

Le Portugal a remporté le premier titre européen de son histoire en battant la France 1 à 0 au bout des prolongations, dimanche au Stade de France.

Il marque son premier but en sélection contre l'Italie, en match amical, en mai 2015. Il a finalement décidé de continuer le jeu, mais la douleur a repris le dessus.

La réponse française n'a pas tardé avec une reprise de volée de Sissoko, elle aussi au-dessus (6e).

Au point qu'il a fini par être inoffensif dans une prolongation où les Portugais eux sentaient leur moment arriver, jusqu'au climax atteint par la lourde frappe d'Eder.

Le gardien du Sporting Portugal s'est chauffé les gants en claquant une tête lobbée d'Antoine Griezmann bien servi par Dimitri Payet (10e), s'est maintenu en forme en captant des corners en un (10e) ou deux temps (53e) et en captant bien une tentative puissante de Moussa Sissoko (34e), une tête pas suffisamment redressée d'Olivier Giroud (39e), un tir pas trop dangereux d'Antoine Griezmann (59e), un autre plus sérieux de Giroud (75e). "La Vierge m'a porté chance jusqu'ici et je suis sûr que ce sera à nouveau le cas ce soir". Pas plus que Giroud, auteur d'un tir repoussé par un Rui Patricio impeccable (75e). En huitième, le pays se réveille à peine contre la Croatie, avec un but de Ricardo Quaresma. A 25 mètres, il enclenche alors une frappe soudaine, et alors que Samuel Umtiti avait choisi de ne pas le presser.

A la fin du match, une photo de Michel Platini avec le message "Merci pour tout Michel" est apparue sur les écrans géants du stade.

On aurait tant préféré commencer différemment.

La tension était palpable dans la prolongation, le jeu a été haché par des fautes et la fatigue s'est fait ressentir.

Le succès portugais sur le sol français est une sorte de clin d'oeil du destin.

"Quand on a tout perdu, qu'il ne reste plus que les yeux pour pleurer..." Ronaldo m'a dit que je marquerais le but de la victoire, il m'a donné toute sa force, toute sa conviction, son énergie et ça a été très important.

"On a gagné ensemble, on a souffert ensemble, aujourd'hui on a perdu ensemble" souffle Didier Deschamps pour sa première déclaration avec un regard assombri par la déception. "C'est difficile mais c'est comme ça".

Recommande: