Les enquêteurs reconstituent le déroulement de l'attaque — Attentat d'Istanbul

10 Juillet, 2016, 18:34 | Auteur: Lynn Cook
  • Les six membres présumés arrêtés par la police Turquie jeudi pour leur participation à l'attentat d'Istanbul sont tous étrangers

Mardi soir, à Istanbul, trois hommes se sont fait exploser à l'aéroport international Atatürk, tuant 44 personnes et en blessant plus de 260.

Cette piste est également suivie la CIA, dont le directeur John Brennan a affirmé que l'attentat "porte sans aucun doute la marque de la dépravation de l'EI". "Je suis très inquiet de voir que la machine terroriste générée par l'EI a beaucoup d'élan aujourd'hui encore", a-t-il ajouté.

Le président américain Barack Obama avait déjà laissé entendre un peu plus tôt mercredi que l'attentat d'Istanbul pourrait être l'oeuvre de l'organisation djihadiste.

La Turquie a été frappée depuis l'an dernier par une série d'attentats meurtriers, attribués aux rebelles kurdes et au groupe Etat islamique (EI).

Bilan revu à la hausse Le bilan du triple attentat-suicide qui a frappé mardi l'aéroport Atatürk d'Istanbul s'est alourdi jeudi à 43 morts, dont 19 sont de nationalité étrangère, a annoncé le ministre turc de l'Intérieur Efkan Ala.

Le Premier ministre Binali Yildirim avait estimé que "les indices point(ai)ent vers Daech", acronyme arabe de l'EI, face à laquelle la Turquie, initialement accusée de mansuétude, a dû adopter une approche plus musclée.

Les réactions de par le monde ne se sont pas faites attendre et si Washington condamnait ces attaques "abominables" tout en promettant le soutien des Etats-Unis à Ankara, Paris, Tunis qui a perdu dans l'attentat un de ses ressortissants, Buxelles pour avoir vécu pareil drame se sont dits entièrement solidaires avec la Turquie. Selon les autorités turques, trois assaillants ont mitraillé des passagers ainsi que des policiers en faction, une fusillade a éclaté puis les kamikazes se sont fait sauter. "Ils disent qu'ils font ça au nom de l'islam, mais ça n'a rien à voir avec l'islam", a lancé le président turc Recep Tayyip Erdogan. Des photos et vidéos choc diffusées sur les réseaux sociaux ont montré une énorme boule de feu à l'entrée du terminal des vols internationaux et des membres de la sécurité en train de faire évacuer des passagers hurlant dans des couloirs. Au total, 239 personnes ont été blessées.

Un policier a été tué par un des trois kamikazes après l'avoir interpellé.

Des scènes de détresse se sont déroulées devant l'hôpital de Bakirkoy près de l'aéroport, submergé par des proches cherchant à avoir des nouvelles.

Le trafic aérien brièvement interrompu.

Le bilan de l'attentat de l'aéroport international d'Istanbul-Atatürk s'alourdit. L'attentat n'a toujours pas été revendiqué, la plupart des services de sécurité blâmant l'EI. Une action cette fois revendiquée par le PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan, un mouvement kurde engagé dans une lutte armée contre l'Etat turc pour la défense et l'indépendance des kurdes de Turquie.

Recommande: