Les rapports sexuels fréquents retarderaient la ménopause

16 Janvier, 2020, 11:33 | Auteur: Jonathan Ford
  • Santé: les rapports sexuels fréquents retardent la...

Ainsi, le fait d'avoir au moins un rapport intime par semaine réduirait de 28% les chances d'avoir une ménopause au même moment qu'une femme qui a un rapport sexuel par mois.

D'après ce que révèlent nos confrères de Reutets, la recherche a été publiée dans la revue Royal Society Open Science et était basée sur des données de l'étude américaine sur la santé des femmes à travers la nation, également connue sous le nom d'étude SWAN.

"Si une femme a peu de rapports sexuels ou des rapports peu fréquents à l'approche de la quarantaine, son corps ne recevra pas les signaux physiques d'une éventuelle grossesse", écrivent Megan Arnot et Ruth Mace, scientifiques à l'University College London. Il se placerait alors plutôt dans une perspective "de maximisation de la forme physique". En effet, depuis longtemps déjà des études tentent d'expliquer pourquoi une femme mariée atteint la ménopause plus tard qu'une femme divorcée ou qui n'a jamais été mariée. Aucune n'était entrée en ménopause, mais un peu moins de la moitié étaient "péri-ménopausées", avec des symptômes mineurs qui commençaient à apparaître.

Il aura fallu dix ans d'étude à des scientiques pour affirmer qu'une activité sexuelle régulière et épanouissante chez la femme mature retarde l'arrivée de la ménopause. La corrélation entre la fréquence des rapports sexuels et le début de la ménopause était indéniable, selon les chercheurs.

Aucun lien n'a toutefois été observé entre la présence d'hommes à demeure et les signaux chimiques subliminaux que les hommes pourraient émettre: "Nous n'avons trouvé aucune preuve de l'hypothèse des phéromones".

L'âge de la ménopause naturelle varie considérablement dans les différentes cultures.

Recommande: