Taïwan: Tsai Ing -wen remporte la présidentielle

13 Janvier, 2020, 17:56 | Auteur: Lynn Cook
  • Getty Images

Le scrutin présidentiel du 11 janvier (doublé du renouvellement des 113 députés taïwanais) devrait, si l'on en croit les sondages, aboutir à la réélection de Tsai Ing-wen.

Han Kuo-yu, candidat du Kuomintang, et son colistier Chang San-cheng, sont candidats pour la direction, face à la candidate du Parti démocrate progressiste Tsai Ing-wen et son colistier Lai Ching-te, ainsi qu'à James Soong, candidat du Parti du peuple d'abord, et sa colistière Sandra Yu.

Les Taïwanais votent samedi pour une élection présidentielle largement dominée par l'avenir des relations de cette île de plus de 23 millions d'habitants avec Pékin.

" Taïwan a montré au monde à quel point nous aimons notre mode de vie libre et démocratique ainsi que notre nation", a indiqué M Tsai à la presse en annonçant sa victoire.

Depuis plusieurs années à présent, Pékin cherche à mettre la main sur Taïwan, se disant même prêt à faire usage de la force si nécessaire.

Taïwan est séparé politiquement du reste de la Chine depuis sept décennies. Elle n'est toutefois considérée comme un pays indépendant que par une poignée de capitales dont le nombre a fondu ces dernières années.

Depuis l'arrivée au pouvoir de Tsai Ing-wen en 2016, Pékin a lancé contre Taïwan une campagne d'intimidation économique et diplomatique, espérant que cela pousserait les électeurs à soutenir un candidat qui lui est davantage favorable - sans succès.

"La paix, c'est que la Chine abandonne ses menaces contre Taïwan", a assuré la présidente de 63 ans tout juste réélue.

" J'espère que les autorités à Pékin comprendront que Taïwan, pays démocratique, et que notre gouvernement démocratiquement élu, ne cèderont pas aux menaces et à l'intimidation ", a-t-elle ajouté. Il a reconnu sa défaite et a appelé la présidente sortante pour la féliciter.

Pékin n'a pas réagi dans l'immédiat aux résultats de l'élection de samedi. Du côté des médias d'État chinois, ils cherchent à discréditer la présidente réélue en l'accusant d'avoir triché.

Pékin "va-t-il continuer sa fermeté envers Tsai Ing-wen ou opter pour une approche plus souple (.) c'est la grande question", s'interroge Joshua Eisenman, analyste politique à l'Université Notre-Dame aux Etats-Unis.

Déjà fin décembre, Pékin a envoyé dans le détroit de Taïwan le "Shandong", son premier porte-avions de conception 100% chinoise.

Recommande: