Les Français renversent la Slovénie pour continuer à rêver des JO — Volley

13 Janvier, 2020, 18:40 | Auteur: Ruben Ruiz
  • L'équipe de France qualifiée pour les demi-finales du TQO

Qualifiés pour la finale du tournoi de qualification olympique face à la Slovénie plus tôt, les joueurs de Laurent Tillie connaissent en effet leur adversaire. " L'autre demi-finale mettra aux prises l'Allemagne et la Bulgarie". Pour rappel, seul le vainqueur du tournoi pourra se rendre à Tokyo cet été...

"On a assisté ce soir à l'un des plus beaux exploits du volley-ball français!".

"Les Slovènes ont joué pendant deux sets un volley comme on en avait rarement vu ces dernières années", a admis le passeur Antoine Brizard, dont l'entrée en jeu, avec celle de Yacine Louati, a contribué à faire basculer le match.

"On jouait mal, mais c'est parce qu'ils nous faisaient déjouer". En témoigne sa victoire au tie-break contre les hôtes allemands, mardi soir, lors de la phase de groupes (32-34, 25-20, 19-25, 25-21, 15-12).

Le combat a changé d'âme en quelques minutes au milieu du troisième set.

Et puis, le pointu Jean Patry, fantomatique jusque-là, a retrouvé son niveau exceptionnel des deux premiers matchs de poule: huit services consécutifs pour prendre les commandes du set (16-10) et faire basculer la rencontre en faveur des Français.

"Le volley est un sport éminemment mental, et la pression, la peur de perdre, a basculé à ce moment-là dans le camp des Slovènes", a analysé Tillie.

Le scénario ressemble comme deux gouttes d'eau à la demi-finale de l'Euro 2015, où les Français étaient menés par la Bulgarie, à Sofia, 2 sets à 0, avant de renverser la rencontre, et aller chercher le lendemain le sacre continental.

La rotation avait d'autant plus d'importance que les Français disposent d'un temps de récupération court: ils terminé leur match contre les Pays-Bas à près de 23h00, et doivent de nouveau être sur le parquet à 17h00 ce jeudi.

En fin d'après-midi les Bleus s'offriront de belles retrouvailles, puisqu'ils seront opposés aux Slovènes, cinq mois après les avoir affrontés et difficilement dominés lors d'un premier tournoi de qualification olympique (26-24, 25-20, 25-23) en Pologne, dans un contexte totalement différent.

"Les deux équipes sont du même gabarit", estime Tillie, "physiquement très intenses, avec deux grands pointus et une grosse qualité de service".

Il ne reste désormais aux Bleus qu'une seule marche à franchir, l'Allemagne, pour revoir les Jeux olympiques, une deuxième qualification après Rio-2016, et tenter d'effacer la déception d'une 9e place au Brésil.

Recommande: