Convention climat : Borne assure que "les propositions seront reprises sans filtre"

13 Janvier, 2020, 08:24 | Auteur: Sue Barrett
  • Les 150 citoyens sont chargés de faire des propositions permettant d'atteindre une baisse d'au moins 40 % des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030

Durant la séance de questions-réponses entretenue avec les membres du CESE ( Conseil économique, social et environnemental), Emmanuel Macron a avancé l'idée d'organiser un référendum pour l'application du programme de réduction de gaz à effet de serre d'ici 2030.

Emmanuel Macron a assuré ce vendredi aux 150 Français de la Convention citoyenne sur le climat (CCC) que des " décisions fortes " seront prises sur la base de leurs propositions, dont certaines pourront être soumises à référendum, pour lutter contre le réchauffement.

Composé à 51% de femmes et à 49% d'hommes; de mineurs ou de sexagénaires; de diplômés ou non; d'ouvriers, d'artisans, de retraités, de cadres ou d'inactifs; de CSP+ ou de personnes en situation de grande pauvreté; d'habitants de communes rurales ou de grands pôles urbains; de métropolitains ou d'ultra-marins, cette assemblée se veut représentative de la population française.

Interrogé sur la taxe carbone, ce dispositif à l'origine de la crise des "gilets jaunes", Emmanuel Macron a reconnu qu'ils ont fait une erreur. "Sur cette base", " je prends l'engagement que des décisions fortes seront prises", a-t-il ajouté.

"Mais il y aura deux cas de figure: soit ce qui a été préparé par vous est une loi à proprement parler (.) si on le soumet à référendum, le jour où il est voté par le peuple, il s'applique sans filtre, mais il faut avoir préparé un texte de loi; si c'est juste une proposition ou une série de propositions, le référendum n'a pas valeur législative, il a valeur consultative", a poursuivi le président. Il a ainsi proposé de "venir rendre compte" devant ces mêmes citoyens "de ce qui sera fait de ces mesures" martelant qu'il prendra ses "responsabilités". Quelques heures avant le débat, les ONG membres du Réseau Action Climat (RAC) avaient dénoncé le " grand écart " entre les " petits pas " du gouvernement pour le climat et les discours d'Emmanuel Macron.

Un tiraillement qui existe aussi au sein des citoyens de la CCC comme le confirme le Lochois Hugues-Olivier Brillouin qui fait partie de ces citoyens. "Si certaines propositions sont adaptées, ça ne me fait pas peur", a-t-il expliqué au micro de Sud Radio en vantant les mérites de la Convention citoyenne, un "instrument démocratique extrêmement puissant".

Recommande: