A la recherche de sa rentabilité perdue, Qwant change de gouvernance

13 Janvier, 2020, 15:23 | Auteur: Aubrey Nash
  • Qwant le moteur de recherche français change de direction

Eric Leandri, le dirigeant historique et actionnaire important de Qwant, a renoncé à ses fonctions exécutives, laissant les commandes à un binôme formé de Jean-Claude Ghinozzi, le nouveau patron en titre de Qwant, et Antonine Troesch, un responsable de la Caisse des dépôts nommé président du conseil de gouvernance de Qwant. Il y a quelques mois, Qwant devenait le moteur de recherche de la messagerie Rakuten Viber en France.

Qwant est officiellement devenu le moteur de recherche utilisé par défaut par l'administration française. Il a pour mission de "renforcer les fondamentaux technologiques du moteur de recherche et son écosystème de services ainsi que sa monétisation " précise un communiqué. Un Conseil de gouvernance sera formé et avec à sa tête Antoine Troesch, Directeur de l'investissement de la Banque des Territoires. Une succession d'articles et enquêtes au vitriol, sortis dans la presse généraliste et spécialisée, a en effet relayé, ces huit derniers mois, les interrogations sur la viabilité de l'entreprise soutenue par le gouvernement, les salaires "indécents" des cadres, ou encore le caractère supposé "violemment colérique" de son président fondateur, Éric Leandri. Il restera actionnaire et prendra la présidence d'un comité stratégique et scientifique. "On a été beaucoup critiqués et j'aimerais aussi que l'on parle de ce que Qwant fait de bien, avait alors expliqué Eric Leandri".

Cette nouvelle organisation est dictée par une nouvelle augmentation de capital d'une dizaine de millions €, selon les Echos, auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations et du groupe allemand Axel Springer.

Éric Leandri n'aura toutefois plus de rôle exécutif. Concrètement, il remplacera Google sur des millions d'appareils, à moins que l'utilisateur ne décide activement de changer les paramètres. "L'entreprise a fait un parcours remarquable pour devenir un moteur de recherche européen".

Et dans les entreprises privées aussi on commence à se mettre à Qwant.

Annoncée en mai par le secrétaire d'Etat au Numérique, Cédric O, cette mesure se concrétise après des audits réalisés entre juillet et septembre par la Dinum et l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi). La bascule devra être opérée d'ici au 30 avril et s'appliquera "tant qu'aucun autre moteur de recherche n'aura apporté les éléments de nature à démontrer qu'il remplit les critères précédemment exposés". "La recommandation de Qwant comme moteur de recherche par défaut n'est pas une décision de souveraineté numérique, fait valoir Nadi Bou Hanna, mais de recherche du meilleur compromis parmi les solutions disponibles à ce jour".

Selon les indications fournies par Eric Leandri et la Caisse des dépôts, la nouvelle feuille de route de Qwant est de se concentrer sur le moteur de recherche, en mettant en pause ou en abandonnant certaines applications annexes, dont la liste n'est pas encore arrêtée.

Recommande: