Mort du Sultan d'Oman, son successeur promet de poursuivre son oeuvre

12 Janvier, 2020, 13:27 | Auteur: Lynn Cook
  • Mort du sultan Qabous d'Oman après 50 ans de règne

Qabous ben Saïd avait pris le pouvoir à son père lors d'un coup d'Etat en juillet 1970.

Le sultan Qabous d'Oman est mort à l'âge de 79 ans après un demi-siècle de règne à la tête de ce pays stable et neutre dans un Golfe sous tension, et sa succession s'est déroulée rapidement avec la désignation samedi d'un de ses cousins, Haitham ben Tarek.

Il avait déjà été soigné à de multiples reprises en Allemagne. Le sultan Qabous était l'une des personnalités les plus influentes du golf arabique. Par son aura, son naturel calme et sa sagesse, le sultan Qabous ben Saïd était un interlocuteur privilégié dans la résolution des crises dans la zone du golfe Persique où il faisait parler ses talents de médiateur.

Les craintes d'un changement de politique après la mort du sultan Qabous ont été quelque peu dissipées avec la désignation rapide d'Haitham ben Tarek, cousin du défunt sultan, pour prendre sa suite. Un statut de 1996 stipule que la famille dirigeante doit choisir un successeur ou le nom proviendrait d'une enveloppe scellée laissée par le sultan pour être ouverte si la famille royale ne pouvait pas décider.

Haitham ben Tarek, un passionné de sport de 65 ans, a été sous-secrétaire du ministère des Affaires étrangères pour les affaires politiques, avant de devenir ministre du Patrimoine et de la Culture au milieu des années 1990.

Né le 18 novembre 1940 à Salalah, dans la province du Dhofar (sud), où il a été à l'école, Qabous ben Saïd entre à 20 ans à la Royal Military Academy de Sandhurst, en Grande-Bretagne, d'où il sort lieutenant après deux ans d'études. Il avait accédé au trône en juillet 1970, après avoir renversé son père.

Le sultan n'était pas marié et n'avait pas d'enfants ni de frères susceptible de lui succéder. Sur la scène internationale, le sultanat, neutre, joue régulièrement les bons offices pour ses alliés occidentaux, notamment dans leurs relations tendues avec l'Iran voisin. Oman est également intervenu dans des affaires de libérations d'otages, notamment au Yémen voisin en guerre.

Le sultan qui, selon des diplomates, a souffert d'un cancer du colon nécessitant de fréquentes hospitalisations en Europe, n'a pas d'héritier désigné et sa disparition ouvre une période d'incertitude pour ce pays, situé entre l'Iran et l'Arabie saoudite.

Recommande: