Donald Trump lance un nouvel avertissement — Iran

12 Janvier, 2020, 21:35 | Auteur: Lynn Cook
  • Iran: Trump envoie un message au peuple après avoir mis en garde le gouvernement

Mais le régime a finalement avoué samedi 11 janvier avoir abattu l'appareil "par erreur", l'ayant pris pour un "avion hostile".

La foule a dénoncé "les menteurs" et réclamé des poursuites contre les responsables du drame et ceux qui, selon elle, ont tenté de le couvrir, ont constaté des journalistes de l'AFP. Donald Trump a par ailleurs apporté son soutien au peuple iranien stipulant que ce peuple courageux souffre à cause de l'actuel régime en place.

Les manifestations qui avaient éclaté à la mi-novembre en Iran pour protester contre une forte augmentation du prix de l'essence ont abouti à plus de 300 morts, d'après une estimation d'Amnesty. "Il ne peut pas y avoir un nouveau massacre de manifestants pacifiques ni de coupures d'internet". "Nous suivons de près vos manifestations et votre courage nous inspire". "Le monde regarde" a déclaré le magnat de l'immobilier sur son compte Twitter.

L'accès à internet avait été coupé à plusieurs reprises, notamment après des appels à commémoration lancés sur les réseaux sociaux, un mois après les manifestations.

" L'Iran n'aura jamais d'arme nucléaire!"

Le rassemblement, à la prestigieuse université Amir Kabir de Téhéran, s'est transformé en manifestation de colère.

A propos de l'avion abattu, le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, avait présenté auparavant des excuses pour une "erreur humaine en des temps de crise causée par l'aventurisme américain (qui) a mené au désastre". En mesures de représailles, la République Islamique d'Iran a procédé à des tirs de missiles qui ont visé des bases militaires en Irak. En effet, un Boeing de la compagnie ukrainienne International Airlines s'est crashé à la périphérie de Téhéran. ", a tweeté le président américain, qui a retiré en 2018 les Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 entre l'Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni et Russie) plus l'Allemagne". Parmi les victimes figurent aussi des Afghans, des Britanniques, des Suédois et des Ukrainiens.

Selon l'état-major, "le coupable" doit être traduit "immédiatement" en justice.

Recommande: