Brésil: Netflix en appelle à la Cour suprême face à la censure

12 Janvier, 2020, 02:21 | Auteur: Lynn Cook

Mercredi, un juge de Rio de Janeiro avait ordonné à Netflix de retirer de son offre La Première Tentation du Christ, fiction du collectif d'humoristes brésiliens Porta dos Fundos vertement critiquée par des associations catholiques et évangéliques.

Le film, une satire appelée La première tentation du Christ, avait suscité la controverse dans le pays et une réaction violente parmi les politiciens conservateurs et le clergé lors de sa publication en décembre.

Diffusée depuis le 3 décembre sur Netflix, la comédie produite par la société Porta dos Fundos a été ciblée par une pétition réclamant son retrait, signée par des milliers de personnes.

Sur le ton d'une comédie, elle raconte une soirée familiale surprise au cours de laquelle Jésus arrive en compagnie d'un autre homme, visiblement homosexuel. Le film laisse entendre que Jésus et ce compagnon vivent une relation amoureuse et parodie également les personnages de Marie et de Joseph. "Nous sommes en faveur de la liberté d'expression, mais est-ce que ça vaut vraiment la peine d'attaquer la foi de 86% de la population?", avait réagi sur Twitter le député Eduardo Bolsonaro, fils du président brésilien. Alors que la demande de retrait avait été rejetée en première instance, un juge de deuxième instance de Rio de Janeiro, Benedicto Abicair, en a finalement donné l'ordre.

L'évêque de Pernambouc, Henrique da Costa, en est même venu à résilier son abonnement Netflix, assurant sur sa page Facebook que la plateforme de streaming "incitée par une force démoniaque (...) offrait dans sa programmation "Spécial Noel" un film blasphématoire, vulgaire et irrespectueux de notre Dieu et Seigneur Jésus-Christ".

Une décision motivée par la volonté de "calmer les esprits" au sein de la communauté chrétienne et de la société brésilienne. Elle avait déjà fait parler d'elle en 2018 après la diffusion, également sur Netflix pendant la période de Noël, d'une autre fiction racontant cette fois le lendemain de cuite des apôtres après la dernière cène, dans un scénario rappelant celui du film américain à succès "Very bad trip". Fauzi, arrêté en 2013 pour avoir frappé le secrétaire à la Sécurité de l'Etat de Rio de Janeiro, a déjà été condamné une vingtaine de fois pour agressions ou menaces.

Recommande: