Après 50 ans de règne, le sultan Qabous est mort — Oman

11 Janvier, 2020, 19:26 | Auteur: Lynn Cook
  • Mort de sultan Qabous d'Oman chef d'Etat arabe resté le plus longtemps au pouvoir

Après un demi-siècle de règne à la tête d'Oman, ce petit pays stable et neutre dans un Golfe sous tensions, le sultan Qabous est mort à l'âge de 79 ans.

Aussi, c'est son cousin et ministre de la Culture, Haithem Ben Tarek qui est désigné nouveau Sultan d'Oman à partir de ce samedi 11 janvier 2020. Il est confronté à une situation régionale tendue, et au défi d'une jeunesse qui n'est plus forcément en phase avec les vieux ressorts de la monarchie.

" C'est avec tristesse (...) que le sultanat d'Oman pleure notre sultan Qabous ben Saïd qui a été rappelé à Dieu vendredi soir", a indiqué l'agence Oman News Agency citant un communiqué du cabinet royal.

Le style ampoulé de la déclaration, ainsi que la rapidité de la succession, en disent long sur le régime d'Oman, à la fois archaïque et efficace. Il a transformé son pays de 4,6 millions d'habitants en un Etat moderne, tout en poursuivant une politique étrangère modérée mais active.

Né le 18 novembre 1940 à Salalah, dans la province du Dhofar (sud), où il a été à l'école, Qabous ben Saïd entre à 20 ans à la Royal Military Academy de Sandhurst, en Grande-Bretagne, d'où il sort lieutenant après deux ans d'études. Lorsqu'il prend possession du trône en juillet 1970, il entreprend de moderniser ce qui est alors le pays le plus pauvre de la péninsule arabique, mais qui commence à exporter du pétrole.

Le Sultan Qabous en 1970 après avoir renversé son père.

Dans une première réaction d'un dirigeant occidental, le chef du gouvernement britannique Boris Johnson a salué un "dirigeant exceptionnellement sage et respecté" qui était impliqué "dans la paix et l'entente entre les nations". Vendredi, Washington a ainsi annoncé des sanctions visant huit hauts responsables iraniens.

Les sanctions américaines qui affectent lourdement l'économie iranienne n'ont cessé de se multiplier depuis que l'administration du président américain Donald Trump a décidé de se retirer de l'accord sur le nucléaire avec l'Iran, dossier sur lequel Mascate avait été sollicité.

Recommande: