Santé: désormais, si vous refusez les médicaments génériques vous serez moins remboursés

07 Janvier, 2020, 01:06 | Auteur: Jonathan Ford
  • Certains médicaments ne seront plus en libre accès dans les pharmacies./LP  Olivier Lejeune

Voici les nouvelles règles en vigueur.

Seules trois exceptions médicales sont prévues à cette mesure qui doit faire économiser 100 millions d'euros à la Sécurité sociale.

Depuis le 1er janvier, les pharmaciens sont tenus de délivrer des génériques aux patients car l'obligation de la mention "non substituable" sur les ordonnances a été supprimée. Le médecin reste cependant libre de continuer de l'écrire à la main s'il le souhaite sans oublier d'indiquer la justification, ou tant que son logiciel d'aide à la prescription ne dispose pas de cette fonctionnalité. Mais depuis le 1er janvier, ils doivent préciser sur l'ordonnance la raison médicale qui les amènent à prendre cette décision.

Le but de cette mesure est d'inciter les patients à choisir les médicaments génériques car ces derniers représentent un coût 40% moins élevés par rapport aux princeps pour la Sécurité sociale. Les médicaments originaux appelés "princeps" seront désormais remboursés sur la même base que leur copie s'il elle existe. Effectivement. Sauf que maintenant, le patient devra envoyer sa feuille de soins à sa caisse d'assurance maladie et sera remboursé uniquement sur la base du prix du médicament générique.

La prise en charge reste inchangée en cas d'acceptation du médicament générique par le patient: il ne fait pas l'avance des frais et n'a pas de reste à charge à payer, explique l'Assurance maladie.

Si un patient refuse le médicament générique sans présenter d'ordonnance comportant une mention " non substituable " ou si cette mention n'est pas conforme à l'arrêté, le pharmacien délivrera le médicament princeps au patient mais le lui fera payer en totalité, sans bénéfice du tiers payant.

Recommande: