Cancer du sein mieux diagnostiqué par l'intelligence artificielle

04 Janvier, 2020, 20:49 | Auteur: Jonathan Ford
  • L’intelligence artificielle améliore le dépistage des cancers du sein

Selon une étude américano-britannique, l'IA identifie les tumeurs avec un degré de précision similaire à celui des radiologues les plus expérimentés.

Une technique d'intelligence artificielle mise au point par Google se serait avérée plus efficace que les médecins pour dépister les cancers du sein.

L'expérimentation a été menée conjointement par les chercheurs de DeepMind, une filiale de Google spécialisée dans l'intelligence artificielle, le Cancer Research UK Imperial Centre, l'université américaine Northwestern et le Royal Surrey County Hospital au Royaume-Uni. Ce dernier a été entraîné, nourri, avec près de 29.000 images de mammographies provenant de Grande-Bretagne et dans une moindre mesure des Etats-Unis. Les experts avaient accès aux antécédents de la patiente lors de l'interprétation des images radiographiques, alors que l'IA n'avait accès qu'à la dernière mammographie. Dans le détail, l'outil a permis de déceler 5,7 % de faux positifs supplémentaires dans le groupe basé aux États-Unis et 1,2 % dans le groupe basé au Royaume-Uni. Inversement, elle aurait également diminué le nombre de faux négatifs, de 9,4 % dans le groupe américain et de 2,7 % dans le groupe britannique. C'est le cas aussi dans le cadre du dépistage organisé proposé en France aux femmes de 50 à 74 ans.

Le cancer du sein est le deuxième type de cancer le plus mortel chez les femmes, chez qui c'est aussi la forme de cancer la plus fréquente.

L'équipe de Google Health a aussi mené des expériences comparant la décision de l'ordinateur avec celle du radiologue premier lecteur. Ce n'est qu'en cas de résultats discordants que l'on demandait ensuite à l'appareil de comparer avec la décision du deuxième lecteur. L'étude montre ainsi que l'utilisation de l'IA pour vérifier le diagnostic du premier lecteur humain pouvait permettre d'économiser jusqu'à 88 % de la charge de travail du second radiologue.

Recommande: