Finlande : Sanna Marin, 34 ans, nouvelle première ministre

10 Décembre, 2019, 11:24 | Auteur: Lynn Cook
  • Sanna Marin 34 ans devient la plus jeune Première ministre de l'Histoire de la Finlande

"Elle a remporté l'élection de dimanche de justesse face au dirigeant sortant Antti Rinne, qui avait démissionné mardi après avoir perdu la confiance du parti du Centre, partenaire au sein de la coalition au pouvoir, à cause de sa gestion d'une grève postale".

La Première ministre balaie toutes ces considérations: "Je n'ai jamais pensé à mon âge ou à mon genre, je pense aux raisons pour lesquelles je me suis engagée en politique et ces choses grâce auxquelles nous avons gagné la confiance de l'électorat", a-t-elle déclaré à la presse dimanche soir.

Mme Marin a rapidement gravi les échelons des sociaux-démocrates, dirigeant l'administration municipale de Tampere à l'âge de 27 ans et devenant députée en 2015.

Elle prendra la tête d'un gouvernement de coalition dirigé essentiellement par des femmes de centre-gauche issues de cinq partis. Elle est aussi devenue la plus jeune chef du gouvernement de l'histoire de la Finlande et l'une des plus jeunes de la planète devant notamment le Premier Ministre ukrainien Oleksiï Gontcharouk et ses 35 ans. "Nous avons beaucoup de travail à faire pour rétablir la confiance", a-t-elle souligné.

Censé mettre fin à des années d'austérité conduites sous la houlette du Parti du centre, pour sortir la Finlande de la récession, le Parti social-démocrate (SDP) avait remporté des législatives au mois d'avril dernier.

"Nous avons un programme gouvernemental commun sur lequel nous nous sommes engagés ", a promis la nouvelle chef du gouvernement, qui a pris soin par ailleurs d'anticiper les éventuelles craintes quant à son " jeune âge ".

Elle devrait prêter serment cette semaine.

La Poste a finalement retiré son projet en novembre après des grèves très suivies, y compris dans d'autres secteurs économiques "solidaires" du mouvement, par exemple au sein de la compagnie aérienne Finnair. Le gouvernement, lui, s'est emmêlé les pinceaux lorsque les syndicats ont cherché à savoir s'il avait approuvé, ou non, les baisses des salaires.

Recommande: