Les recettes fiscales ont atteint un palier dans les pays OCDE

07 Décembre, 2019, 12:35 | Auteur: Aubrey Nash
  • La France, toujours championne des impôts

Malgré les réformes et les promesses de baisses d'impôts, la France détient toujours le titre de la fiscalité la plus lourde.

La France est restée en 2018 le pays de l'OCDE où la part des impôts dans le produit intérieur brut (PIB) était la plus élevée avec 46,1%, soit le même niveau qu'en 2017, selon un rapport annuel publié jeudi par l'organisation.

Avec 44,8%, la Belgique se rapproche de son taux le plus élevé depuis 2000: 45,1% en 2013 et 2014.

Ces impôts, qui comprennent les cotisations sociales, pesaient en moyenne l'an dernier 34,4% du PIB dans les 34 pays de l'OCDE pour lesquels des chiffres étaient disponibles.

L'OCDE relève pour la première fois une quasi-stagnation de la part des recettes fiscales dans la richesse produite par ces pays, alors qu'elle était en augmentation constante depuis 2009.

Globalement, 19 pays sur 34 ont enregistré une augmentation des recettes fiscales par rapport au PIB.

En France, ces recettes s'appuient principalement sur les cotisations de Sécurité sociale (à 36,4 % du total contre 26 % en moyenne dans les pays de l'OCDE), l'impôt sur le revenu des personnes physiques (18,6 % contre 23,9 %) et la TVA (15,3 % contre 20,2 %). Le Mexique affiche la fiscalité la plus faible, à 16,1 %. À l'inverse, les impôts sur les sociétés ne représentent dans l'Hexagone que 5,1 % contre une moyenne de 9,3 %, liée notamment aux pratiques d'optimisation des grandes entreprises.

Données et analyses sur l'imposition, l'impôt sur le revenu, la résolution, l'évasion fiscale, BEPS, les paradis fiscaux, l'administration fiscale, conventions fiscales et les prix de transfert., Une nouvelle étude de l'OCDE montre que les recettes fiscales ont marqué un palier en 2018 dans les économies de la zone OCDE puisqu'elles n'ont guère progressé par rapport à 2017, mettant ainsi un terme à plusieurs années de hausse du ratio impôts/PIB observée depuis la crise financière.

Recommande: