La Chine et la Russie lancent un gazoduc "historique"

06 Décembre, 2019, 08:35 | Auteur: Lynn Cook
  • La Russie inaugure lundi le premier de trois gazoducs majeurs destinés à asseoir sa position de premier exportateur de gaz naturel du monde en ralliant notamment pour la première fois la Chine

A terme, "Force de Sibérie" sera l'un des gazoducs les plus longs au monde: plus de 3 000 kilomètres à travers les forêts de pins et les sols gelés, pour relier les gisements de Sibérie orientale à la ville de Shanghaï (plus que la distance entre Paris et Moscou). Le président russe Vladimir Poutine et le président chinois Xi Jinping, réunis virtuellement pour l'inauguration "historique" d'un gazoduc commun.

"Le robinet est ouvert!".

À cette fin, Gazprom a construit un gazoduc de 2 200 km baptisé Power of Siberia. Elle doit achever sa portion du gazoduc en 2022-2023 pour amener le gaz jusqu'à Shanghai.

Sur place des deux côtés de la frontière, des employés de Gazprom et PetroChina, en uniformes bleus et blancs pour l'entreprise russe et rouges pour la société chinoise, sont apparus à l'écran, en rangs serrés, figés, avant d'acclamer d'une seule voix le lancement officiel du tube.

C'est "un événement véritablement historique, non seulement pour le marché mondial de l'énergie, mais avant tout pour vous et moi, pour la Russie et la Chine", a déclaré Vladimir Poutine lors d'une vidéo-conférence en duplex retransmise à la télévision russe.

De son côté, Xi Jinpjng a assuré que "le développement des relations sino-russes est et sera une priorité de la politique étrangère de chacun de nos pays".

Près de 10 000 personnes ont déjà travaillé sur ce chantier, lancé en 2014, dans des régions où les températures peuvent atteindre les -50 degrés.

Durant la vidéo-conférence, les représentants chinois et russes à la station de Heihe dans le nord-est de la Chine, à la station de compression d'Atamanskaya et sur le gisement de gaz de Chayandin de la Russie ont indiqué aux deux présidents qu'ils étaient prêts à recevoir ou à fournir le gaz naturel. MM. Son coût est évalué à 55 milliards de dollars, pour une capacité en 2022-2023 de 38 milliards de m3 par an, soit 9,5% du gaz consommé en Chine.

Jusqu'ici, les ventes de gaz à l'Europe et la Turquie assuraient l'essentiel du chiffre d'affaires de Gazprom, clients traditionnels de l'héritier du ministère soviétique du Gaz. Pragmatique, le géant étatique du gaz ne s'en détourne d'ailleurs pas et lancera dans les toutes prochaines semaines deux autres tubes.

Le contrat pour la fourniture du gaz russe à la Chine via la route orientale a été conclu en mai 2014.

Le germano-russe Nord Stream 2 est sans doute le plus controversé, s'agissant d'un deuxième gazoduc passant sous la mer Baltique afin de contourner l'Ukraine, pays de transit du gaz russe vendu en Union européenne. Le projet divise l'UE, certains États comme la Pologne ou les pays baltes dénonçant le danger d'une trop grande dépendance énergétique envers Moscou et l'abandon de l'ami ukrainien en guerre contre des séparatistes pro-russes.

Au sud, dès janvier un autre gazoduc contourna l'Ukraine, celui-là russo-turc.

Recommande: