Face à la taxe Gafa, Washington veut surtaxer le champagne

03 Décembre, 2019, 16:40 | Auteur: Lynn Cook
  • Taxe Gafa Washington menace de surtaxer des produits français jusqu'à 100

"Washington pourrait imposer des droits de douane allant jusqu'à 100 % sur l'équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits français, en représailles à la taxe créée cet été par Paris sur les géants du numérique - pour l'essentiel américains".

L'annonce des autorités américaines, lundi en fin de journée, fait suite à une enquête ouverte en juillet dernier par le représentant américain au Commerce (USTR) concluant que cette législation française sur les " Gafa " (en référence aux géants américains Google, Apple, Facebook et Amazon) porte préjudice aux entreprises américaines.

"Ces sanctions seraient inacceptables", a jugé le ministre français de l'Economie et des Finances, contestant le bien-fondé juridique de telles représailles.

Parmi les produits qui pourraient être surtaxés par les Etats-Unis figurent de nombreux fromages dont le Roquefort, les yaourts, le vin pétillant ainsi que des produits cosmétiques comme le savon et le maquillage ou encore les sacs à main.

L'imposition de tarifs douaniers punitifs sur les produits français ne pourra, elle, pas intervenir avant la mi-janvier, à l'issue d'une période de consultations pour examiner les éventuelles demandes d'exemptions.

La hache de guerre est déterrée.

Près de 2,4 milliards de dollars de produits seraient concernés.

Lundi, avant l'annonce américaine, Bruno Le Maire avait déjà prévenu que la France ne renoncerait "jamais" à sa taxe, qui impose les géants du numérique à hauteur de 3% du chiffre d'affaires réalisé en France.

Les grands noms de la tech se voient régulièrement reprocher de ne pas payer leur juste part d'impôt, grâce à des montages d'optimisation qui leur permettent de transférer leurs bénéfices vers des Etats à faible fiscalité.

Mais avant la publication du rapport de l'USTR, un représentant français a déclaré que Paris contesterait les conclusions du Bureau du représentant américain au Commerce, soulignant la position française selon laquelle la taxe sur le numérique ne cible pas spécifiquement les entreprises américaines. Mais elle a vocation à n'être que temporaire dans l'attente d'un aboutissement de négociations internationales.

Ces nouvelles menaces ont été dévoilées à la veille d'une rencontre entre Donald Trump et le président français Emmanuel Macron dans le cadre du sommet de l'Otan.

Il faisait allusion au fait que l'administration Trump envisage par ailleurs d'ouvrir une enquête à l'encontre de l'Autriche, de l'Italie et la Turquie pour déterminer si leurs taxes menacent les entreprises américaines.

Côté français, les menaces américaines faisaient souffrir mardi les valeurs du luxe à la Bourse de Paris.

Recommande: