Assistants d'eurodéputés MoDem: Sylvie Goulard mise en examen

03 Décembre, 2019, 07:41 | Auteur: Lynn Cook
  • L'ex-eurodéputée Mo Dem Sylvie Goulard le 12 septembre 2019 à Genval

L'actuelle sous-gouverneure de la Banque de France Sylvie Goulard a été mis en examen ce vendredi pour détournement de fonds publics, dans l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs des assistants d'eurodéputés du MoDem, selon des sources concordantes.

Le président du MoDem François Bayrou est quant à lui convoqué ce vendredi au tribunal de Paris. Le détournement de fonds publics est une infraction passible de dix ans d'emprisonnement et d'une amende de plusieurs millions d'euros.

Dans cette affaire, la première mise en examen, pour "complicité de détournement de fonds publics" et "recel", a été prononcée le 15 novembre à l'encontre du directeur financier du parti centriste, Alexandre Nardella.

Les magistrats cherchent à déterminer si des collaborateurs parlementaires du Modem ont été rémunérés par les fonds publics du Parlement européen alors qu'ils étaient en réalité affectés à d'autres tâches pour le parti centriste.

Cette affaire, ajoutée à la polémique sur des prestations réalisées pour un think tank américain, a coûté à Sylvie Goulard sa place dans la nouvelle Commission européenne, refusée en octobre par les eurodéputés. Cette somme correspond à huit mois de salaire d'un de ses assistants, Stéphane Thérou, pour lequel elle n'avait pas pu fournir "de preuve de travail". Le 30 août, le Parlement européen avait clos la procédure la concernant. "Ayant toujours nié une quelconque pratique illégale de son parti, il a encore évoqué la semaine dernière des " accusations fausses " propagées par " des calomniateurs ": " Tout le monde est mis en examen ou à peu près dans la vie politique française ", avait-il ironisé jeudi sur BFMTV, tout en précisant qu'il ne démissionnera pas de la mairie de Pau s'il était mis en examen. Suivront Marielle de Sarnez, vendredi, et François Bayrou lundi.

La France Insoumise (LFI) et le Front National (FN) sont également visés par une enquête pour des emplois présumés fictifs au parlement européen. Une vingtaine de personnes ont déjà été mises en examen dans le cadre de ces investigations, notamment Marine Le Pen.

Recommande: