Donald Trump veut un cessez-le-feu avec les talibans

01 Décembre, 2019, 09:55 | Auteur: Lynn Cook
  • Première visite de Donald Trump en Afghanistan

Le voyage de Donald Trump à l'occasion de Thanksgiving, son premier dans le pays, avait été gardé secret jusqu'après son atterrissage pour des raisons de sécurité. "Les talibans veulent un accord, et nous leur parlons et nous leur disons qu'il doit y avoir un cessez-le-feu".

Le président américain a par ailleurs confirmé son intention de réduire la présence militaire américaine sur place, avec à terme 8 600 soldats, contre 13 000 à 14 000 aujourd'hui.

L'administration Trump et les Talibans vont reprendre langue dans le but d'aboutir à un processus de paix durable en Afghanistan. Il est arrivé à Bagram vers 20 h 30 (heure locale), et la nouvelle du voyage n'a été rendue publique que juste avant qu'il ne redécolle, peu après minuit en Afghanistan. Un photographe de l'AFP a voyagé avec lui, mais n'a pas eu le droit de communiquer avant l'arrivée, comme les autres journalistes participant au voyage, qui n'ont appris que deux heures avant l'atterrissage la destination de l'avion présidentiel, toutes lumières éteintes.

Avant la fin des discussions en septembre, le négociateur américain Zalmay Khalilzad avait mis un an pour parvenir à un "accord de principe" avec les insurgés.

" Nous étions proches du but et nous avons renoncé. Et nous sommes en train de les rencontrer", a déclaré M. Trump à l'issue d'un entretien avec le président afghan Ashraf Ghani sur la base aérienne américaine de Bagram, près de la capitale afghane Kaboul.

"Nous avons eu de bons succès dans les pourparlers avec les talibans", a-t-il ajouté.

En septembre dernier, les Etats-Unis ont annoncé la suspension de toutes négociations avec les Talibans alors qu'une délégation des deux camps étaient en route pour Washington.

Cet accord devait permettre un retrait progressif des soldats américains en Afghanistan. Cette annonce fait suite d'un échange de prisonniers entre le gouvernement Afghan et les Talibans.

Avec ses soldats pour célébrer la plus grande fête traditionnelle aux États-Unis, le commandant en chef a posé pour des photos et servi de la dinde, avant de s'adresser à environ 500 d'entre eux dans un grand hangar.

Dans un discours prononcé devant les 1500 soldats présents, Donald Trump a rappelé "que la guerre d'Afghanistan ne se déciderait pas sur le champ de bataille" et qu'il faudra, à la fin, trouver une "solution politique".

Recommande: