VIH : plus de 6 000 nouveaux cas en France en 2018

30 Novembre, 2019, 03:27 | Auteur: Jonathan Ford
  • VIH: davantage de dépistage moins de diagnostics de séropositivité    CLAUDIO REYES  AFP

En 2018, 5,80 millions de tests ont été réalisés dans les laboratoires d'analyses.

Initiée avec l'appui du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, et en partenariat avec les ONG thématiques et la délégation générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion, dans le cadre de la mise en oeuvre du Plan stratégique national de lutte contre le sida (2017 -2021), cette campagne vise à relancer la dynamique du dépistage du VIH, à lancer le plan d'élimination de la transmission du VIH et de la syphilis congénitale de la mère à l'enfant, à ancrer la stratégie nationale de dépistage du VIH et à intégrer le dépistage par test rapide de la syphilis chez les femmes enceintes dans le cadre de la consultation prénatale, indique le ministère dans un communiqué.

"La diminution du nombre de découvertes de séropositivité, couplée à une augmentation de l'activité de dépistage, peut refléter une diminution du nombre de personnes infectées non diagnostiquées et/ou une diminution de l'incidence (nouveaux cas, ndlr) depuis plusieurs années ", notent Françoise Cazein (SpF) et ses collègues. Une statistique en hausse de 11% par rapport à 2013. Dans le même temps, ces sérologies VIH ont débouché sur moins de diagnostics positifs: 6.155 personnes ont découvert être séropositives en 2018, soit 7% de moins que l'année précédente. " Cette diminution concerne principalement les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) et les hétérosexuels nés en France".

Autre donnée à souligner: parmi les découvertes de séropositivité, toujours en 2018, 25 % ont été faites à un stade précoce de l'infection et 29 % à un stade avancé. Valérie Delpech, Public Health England, à Londres a formulé la stratégie du succès qui, selon elle, est basée sur l'approche combinée, incluant "Test and Treat" et la PrEP, traitement préventif pour le VIH avant un rapport sexuel. Mais plus de la moitié des hommes et près d'un tiers des femmes n'ont jamais réalisé de test.

Les centres de dépistage gratuit (CeGIDD) qui accueillent des populations particulièrement exposées au risque de contamination VIH, permettent aussi de diagnostiquer des MST bactériennes, des hépatites B et C.

Pour sa part, l'enquête du Baromètre Santé 2016 auprès de près de 15 000 personnes âgées de 18-75 ans vivant en métropole, montre la divergence entre les opinions sur le dépistage et ce que font réellement les gens. C'est également " un appel des auteurs à une plus grande sensibilisation des professionnels de santé pour proposer le dépistage du VIH et des autres IST (infections sexuellement transmissibles) ".

Recommande: