L'origine des lésions aux poumons pourraient avoir trouvé une explication — Cigarette électronique

17 Novembre, 2019, 08:52 | Auteur: Lynn Cook
  • L'origine des lésions aux poumons pourraient avoir trouvé une explication — Cigarette électronique

Un jeune homme de 18 ans est décédé en Belgique, les autorités locales ont attribué son décès à l'utilisation d'une cigarette électronique et d'un mélange nocif pour la santé. En effet, les scientifiques auraient confirmé les précédents soupçons concernant un des ingrédients de la cigarette électronique. "Il n'y a chez ce patient aucune autre explication pour une pneumonie aussi grave ", a aussi déclaré ce jeudi la ministre de la Santé Maggie De Block, selon des propos rapportés par l'AFP.

"J'ai demandé à mes services de recueillir plus d'informations sur les circonstances exactes du décès", a affirmé Maggie De Block en séance plénière à la Chambre. "Il a été placé en coma artificiel le 10 octobre car il n'avait plus la capacité de respirer par ses poumons", a confié le père du jeune homme décédé. "Si Raphaël est mort à cause de l'e-cigarette, j'espère que cela sauvera d'autres jeunes qui fument ça", a-t-il témoigné.

Cette molécule aux propriétés apaisantes est non stupéfiante et légale. Selon la RTBF, des médecins estiment que la mort d'un jeune Belge de 18 ans, hospitalisé le 6 novembre dernier, pourrait être liée à l'huile qu'il utilisait pour sa vapoteuse, un liquide à base de CBD, un dérivé du cannabis.

Pris de fortes quintes de toux, Raphaël Pauwaert s'était vu diagnostiquer une bronchite qui s'est aggravée.

Le mélange avec de l'acétate de vitamine E (huile), qui a déjà provoqué des décès aux États-Unis, est suspecté.

Dans un rapport publié en juillet, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a jugé que les cigarettes électroniques étaient "incontestablement nocives " et qu'on ne pouvait pas les conseiller comme outil d'aide à l'arrêt du tabac.

Les autorités sanitaires américaines ont classé la cigarette électronique parmi les produits "dangereux" pour les jeunes alors que le nombre des lycéens vapoteurs a été presque multiplié par deux aux États-Unis entre 2017 et 2018.

Recommande: