L'historien russe Oleg Sokolov avoue avoir tué et démembré sa jeune compagne

10 Novembre, 2019, 14:49 | Auteur: Lynn Cook
  • L’historien russe Oleg Sokolov lors de l’inauguration de l’ISSEP école crée par Marion Maréchal à Lyon en juin 2018

Tôt samedi matin 9 novembre, les secours ont repêché un homme tombé dans le canal de la Moïka, au centre de Saint-Pétersbourg.

Le célèbre historien russe Oleg Sokolov, arrêté samedi par la police russe qui l'a sorti de la rivière Moïka, à St-Pétersbourg, avec un sac à dos contenant deux bras de femme et un pistolet d'alarme, a confessé avoir tué et démembré sa jeune compagne, a affirmé son avocat ce dimanche. Il aurait tenté de faire disparaître les restes du corps de la jeune femme. Selon les médias russes, la police a retrouvé au domicile de Sokolov le corps décapité d'Anastassia Echtchenko, 24 ans, qui avait été son étudiante et avait co-signé plusieurs travaux avec lui. "Il a reconnu sa culpabilité", a déclaré à l'AFP Alexandre Potchouev, son avocat, ajoutant que l'historien de 63 ans, actuellement hospitalisé et traité pour hypothermie, a assuré regretter son acte et être prêt à coopérer avec la police. Ce parfait francophone, décoré de la Légion d'honneur en 2003, est aussi le fondateur d'une association organisant des reconstitutions des grandes batailles napoléoniennes en Russie, - en costumes avec des milliers de figurants-, comme celle de Borodino (1812).

Le fait divers a largement été "couvert " par la presse russe qui a publié des photos du couple en tenue d'époque, lui en maréchal d'empire, elle en robe à crinoline. Mais il semblait aussi "bizarre " à ses élèves, aimant s'habiller en Bonaparte, se faire appeler "Sire " et appeler sa compagne "Joséphine ".

Oleg Sokolov est spécialiste de l'histoire militaire française et mène également des recherches sur l'histoire militaire de la Russie et de l'Europe du XVe au XIXe siècle. Interrogé à ce propos par un étudiant lors d'un cours en amphithéâtre, Sokolov avait fait brutalement expulser l'impétrant par des nervis, comme le montre une séquence visible sur YouTube. L'universitaire aurait toutefois réussi à échapper aux poursuites pénales. Également professeur dans l'école fondée par Marion Maréchal, il a été limogé.

L'Issep s'est ému samedi, dans un communiqué, du "crime atroce dont se serait rendu coupable Oleg Sokolov ". "Étant professeur de la chaire d'histoire moderne à l'université de Saint-Pétersbourg, intervenu comme directeur d'études invité à l'École pratique des hautes études à la Sorbonne, décoré de la Légion d'honneur française, nous n'imaginions pas qu'il puisse commettre cet acte odieux", écrit dans un communiqué l'Institut des sciences sociales économiques et politiques (Issep).Ce spécialiste de Napoléon, âgé de 63 ans, a été interpellé samedi matin à Saint-Pétersbourg.

À voir aussi: Qu'est-ce que l'ISSEP, la nouvelle école de Marion Maréchal?

Recommande: