Femme accusant Polanksi: Brigitte Macron saisie a transmis les courriers au gouvernement

10 Novembre, 2019, 00:20 | Auteur: Sue Barrett
  • Une Française accuse Roman Polanski de l'avoir violée en 1975

Les faits se seraient déroulés dans un chalet du cinéaste à Gstaad en Suisse.

Adèle Haenel a apporté son soutien à Valentine Monnier, en déclarant au Monde: "Je soutiens Valentine Monnier pour son témoignage bouleversant, courageux et précis, je suis en soutien total". "Il me frappa, me roua de coups jusqu'à ma reddition puis me viola en me faisant subir toutes les vicissitudes", a lâché celle qui a été mannequin à New York et a joué dans quelques films dans les années 80, dont Trois hommes et un couffin. "Sans J'accuse, je serais restée dans mon silence, comme je le fais depuis quarante-quatre ans".

Le Parisien, qui l'a rencontrée, raconte que Valentine Monnier a accepté, en 1975, après l'obtention de son bac, l'invitation d'une amie à aller skier en Suisse chez Roman Polanski.

"Sa démarche suscite d'autant plus d'admiration que son agresseur est puissant", a-t-elle précisé au Parisien et à Mediapart. "Je venais d'avoir 18 ans", raconte Valentine Monnier dans un texte publié par le quotidien. Le cinéaste " conteste fermement toute accusation de viol ". Tous deux, joints par le Parisien, confirment sa version.

Par ailleurs, Valentine Monnier assure avoir adressé des courriers racontant son calvaire à Brigitte Macron, au ministre de la Culture Franck Riester et à Marlène Schiappa, la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes.

Une lettre de Marlène Schiappa, communiquée vendredi par son cabinet et datée de mars 2018, salue le courage de Valentine Monnier "d'avoir osé briser un silence de 42 ans ". La secrétaire d'Etat "compatit" à sa douleur, tout en soulignant que "les faits sont prescrits pour la justice française". C'est une lettre qui est adressée à toutes les femmes qui lui écrivent pour trouver un soutien, et exprimant un soutien inconditionnel qui est évident, fait-on valoir à son cabinet.

Roman Polanski est toujours poursuivi par la justice américaine (et sous le coup d'un mandat d'arrêt, ndlr) dans le cadre de la procédure pour détournement de mineure lancée à son encontre en 1977. Il avait alors plaidé coupable de détournement de mineure après avoir eu des relations sexuelles illégales avec Samantha Geimer, âgée de 13 ans. Comment persuader les femmes d'aller porter ces affaires en justice si elles savent par avance que le violeur a très peu de probabilité d'être condamné? Mais le juge avait ensuite estimé la sentence insuffisante.

Plus récemment, en 2010, c'est une actrice britannique, Charlotte Lewis, qui a accusé Roman Polanski d'avoir "abusé sexuellement" d'elle en 1983, alors qu'elle avait 16 ans. Cette dernière n'a pas déposé plainte car les faits présumés sont désormais prescrits. Une deuxième femme, identifiée comme "Robin", l'a accusé en août 2017 d'agression sexuelle lorsqu'elle avait 16 ans, en 1973. En septembre 2017, Renate Langer, une ancienne actrice, déposait une nouvelle plainte pour viol, affirmant avoir été agressée en 1972 à Gstaad alors qu'elle avait 15 ans.

Toutes ces accusations sont "sans fondement", avait déclaré l'avocat du réalisateur.

Recommande: