Deux anciens employés de Twitter inculpés d'espionnage pour l'Arabie saoudite

08 Novembre, 2019, 23:10 | Auteur: Lynn Cook
  • AP              Gina Haspel

Deux anciens employés de Twitter et un Saoudien ont été inculpés aux Etats-Unis pour avoir fourni à Ryad des informations sur des utilisateurs du réseau social critiques envers la famille royale saoudienne, a annoncé mercredi la justice américaine.

Il est également soupçonné d'avoir aidé Ali Alzabarah à fuir les Etats-Unis à la fin de 2015 après les premières questions formulées par la hiérarchie de Twitter. Ils ont accédé à au moins 6.000 comptes, notamment celui de Omar Abudlaziz, un dissident proche de Jamal Khashoggi, le journaliste assassiné au consulat saoudien en Turquie l'an dernier - une opération commanditée, selon un rapport de la CIA, par le prince héritier Mohammed ben Salmane.

D'après des documents de justice déposés mercredi, les trois citoyens saoudiens poursuivis ont étudié les données d'utilisateurs de Twitter critiques du royaume wahhabite pour les communiquer à des autorités saoudiennes, en contrepartie de rémunérations.

" La plainte pénale aujourd'hui non scellée allègue que des agents saoudiens ont miné les systèmes internes de Twitter pour obtenir des informations personnelles sur des critiques saoudiens connus et des milliers d'autres utilisateurs de Twitter ", a déclaré l'avocat américain David L. Anderson.

Le procureur fédéral en Californie ajoute: " Nous ne permettrons pas que les entreprises américaines ou la technologie américaine deviennent des outils de répression étrangère en violation de la loi américaine.

Alzabarah et Almutairi se trouveraient en Arabie saoudite, tandis qu'Abouammo a été arrêté à Seattle mardi.

Il a pu avoir accès à son adresse mail et son numéro de téléphone. L'un d'entres-eux s'est installé en Arabie saoudite avec sa famille.

Dans une déclaration à Gizmodo, un porte-parole de Twitter a déclaré: " Notre société limite l'accès aux informations confidentielles à un compte à un groupe restreint d'employés formés et contrôlés.

Après le piratage du compte de son patron Jack Dorsey en septembre, cette affaire est un nouvel épisode embarrassant pour Twitter. Nous avons conscience des risques incroyables auxquels font face de nombreuses personnes qui utilisent Twitter pour partager leurs points de vue avec le monde entier et pour demander des comptes à ceux qui détiennent le pouvoir.

Recommande: