Si on est au Smic, il ne faut peut-être pas divorcer

06 Novembre, 2019, 19:45 | Auteur: Sue Barrett
  • Julie Graziani: qui est cette militante pour qui

Cette dernière réagissait à un échange entre Emmanuel Macron et une citoyenne à Rouen, au cours duquel la citoyenne expliquait être une mère divorcée de deux enfants, gagner le SMIC, et que les aides dont elle bénéficie de la part de l'État ne sont "pas terribles".

Elle a trouvé bon de rétorquer: " C'est sûr qu'elle ne s'en sorte pas à ce niveau-là. Mais à un moment donné, je ne connais pas son parcours de vie à cette dame, qu'est ce qu'elle a fait pour se retrouver au SMIC?

"A-t-elle bien travaillé à l'école?" Est-ce qu'elle a bien travaillé à l'école, est-ce qu'elle a suivi des études? Et puis, si on est au SMIC, eh bien il ne faut peut-être pas non plus divorcer dans ces cas-là. "La contradiction a été totalement apportée", a-t-il jugé, estimant que ces propos "ne tombent pas sous le coup de la loi".

Qui est Julie Graziani? .

Et voilà que LCI relaye maintenant l'idée que lorsqu'on est une femme au SMIC, on ne divorce pas!

Nombreux sont ceux qui ont été choqués par l'argumentaire de Julie Graziani. Près de 20 000 personnes ont déjà signé.

Mais le 5 novembre, en début d'après-midi, sur le site de L'incorrect, elle rétro pédale, puis s'enfonce davantage: "La formule était provocatrice et blessante pour les intéressées".

"Point sur les i, suite". Chacun est responsable de ses parcours de vie. Tu as fait le mauvais choix de boulot, tu as fait le mauvais choix de mec, tu assumes. "Ce n'est pas à l'État d'arranger tes problèmes", a-t-elle insisté, estimant que la "société (était) devenue un gigantesque triangle de karpman avec des plaignants vindicatifs". Ma mère a du emprunter de l'argent plus d'une fois pour les courses alimentaires.

Ces propos - rétrogrades - ont suscité l'indignation des internautes, mais la chroniqueuse proche de la droite conservatrice reste sur ses positions. Une opinion contestable et qui a d'ailleurs été immédiatement contestée en plateau par l'un de ses contradicteurs la députée issue de Place Publique Aurore Lalucq. Ils ne sont ni des appels à la violence ni à la haine.

La chroniqueuse affirme qu'elle ne connaît pas l'histoire de cette femme.

Au point que l'ancienne militante de La Manif pour tous a choisi de s'exprimer à nouveau sur son compte Twitter, le lundi 4 novembre, après son passage dans l'émission.

En janvier 2014, Julie Graziani a été l'une des trois rédactrices d'une lettre ouverte au pape François pour dénoncer, entre autres, la loi Taubira.

En diffusant sa vidéo et en parlant d'elle, on participe à la formation d'une nouvelle créature médiatique. Cette phrase de Julie Graziani prononcée sur le plateau de l'émission "24h Pujadas" a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux, faisant réagir jusqu'au sein même du gouvernement.

Recommande: