Feu vert pour la plus grande IPO mondiale — Saudi Aramco

04 Novembre, 2019, 09:55 | Auteur: Aubrey Nash
  • L'unité de raffinage d'Abqaiq de la compagnie publique saoudienne Aramco le 20 septembre 2019

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman a donné son accord vendredi pour que le lancement de l'introduction en Bourse de Saudi Aramco soit annoncé dimanche, a appris Reuters de cinq sources informées de la question.

Selon des sources proches du dossier, Aramco devrait céder en tout 5% de son capital, dont 2% lors de son baptême boursier à Ryad.

Et le prince peut enfin annoncer l'opération: "L'entrée en bourse de cette entreprise est la pierre angulaire de l'ambitieux plan annoncé par MBS pour sortir l'économie saoudienne de son addiction au pétrole", note The Financial Times.

Malgré les prix de l'or noir orientés à la baisse, Aramco qui est valorisée entre 1340 et 1 786 milliards d'euros (presque deux fois la valorisation d'Apple ou de Google), reste l'entreprise la plus bénéficiaire au monde.

Mais le président du Conseil d'administration d'Aramco, Yasir al-Rumayyan, a écarté dimanche ce scénario. "Pour la partie [internationale], nous vous le ferons savoir en temps utile".

La Bourse saoudienne a reculé de près de 2 % dimanche après l'annonce de l'introduction prochaine du géant pétrolier sur le marché local, en raison de craintes de son effondrement sous le poids de l'opération, selon des analystes.

"En neuf mois, les revenus de la société se sont élevés à 244 milliards de dollars, les bénéfices à 68 milliards de dollars et la liquidité disponible à 59 milliards de dollars", a ajouté le patron d'Aramco.

En 2018, l'homme fort du Royaume avait décidé de reporter l'introduction en Bourse parce que la capitalisation calculée par les banquiers, après des rencontres avec de potentiels investisseurs, était en-dessous de ce seuil. "Jusqu'ici, ce n'est que sur Tadawul", a-t-il indiqué, sans préciser la date d'introduction.

Aramco, qui produit environ 10 % du pétrole mondial, est considéré comme le joyau économique du royaume et le pilier de sa stabilité économique et sociale.

La semaine dernière, le bulletin spécialisé Energy Intelligence a cité des sources disant s'attendre à ce que les Saoudiens acceptent une évaluation de 1600 à 1700 milliards de dollars de l'entreprise.

Pour l'évaluation d'Aramco, les autorités saoudiennes doivent trouver "un compromis entre la préférence déclarée du prince héritier et les réalités du marché ", estime Kristian Ulrichsen, chercheur à l'Institut Baker de l'Université Rice aux Etats-Unis, auprès de l'AFP. Cette opération financière d'envergure souligne la volonté du prince héritier de transformer en profondeur l'économie de l'Arabie saoudite, ultradépendante au pétrole.

Il n'a pas fourni les étapes de cette introduction en bourse, mais les transactions sur le titre devraient commencer à la mi-décembre sur le marché saoudien. L'entreprise a précisé sur son site internet que le montant de l'offre serait déterminé à une date ultérieure.

Riyad cherche à encourager des familles saoudiennes riches à acheter des participations dans la firme, tandis que certains commentateurs saoudiens ont cherché à présenter cet investissement comme un devoir patriotique.

"Une fonction importante de l'introduction sur la Bourse locale est de projeter de la confiance dans l'entreprise à destination du marché international", indique Cinzia Bianco, chercheur à l'European Council on Foreign Relations.

Recommande: