Croissance meilleure que prévu au troisième trimestre, à +0,3% — France

31 Octobre, 2019, 01:40 | Auteur: Aubrey Nash
  • LA CROISSANCE DU PIB SE MAINTIENT +0,3% AU 3E TRIMESTRE

"Nous continuons de penser que les fondamentaux économiques sont bien orientés et, en particulier, que la consommation des ménages devrait être bonne", a-t-il dit, ajoutant que la baisse du chômage pourrait permettre à la croissance de se maintenir entre 0,3% et 0,4% au cours des prochains trimestres.

Les dépenses de consommation des ménages accélèrent légèrement (+0,3% après +0,2%), alors que la formation brute de capital fixe (FBCF) ralentit (+0,9% après +1,2%).

Les analystes misaient sur un rythme plus faible à 1,5%.

Les investissements non résidentiels, des entreprises notamment, sont restés dans le rouge en revanche pour le deuxième mois d'affilée, un signe négatif supplémentaire des difficultés du secteur manufacturier. La Commission européenne prévoyait en effet une croissance de 1,3% en 2019 pour la France sur l'ensemble de l'année, contre 0,5% en Allemagne, 0,1% en Italie et 1,2% en Belgique.

D'avril à fin juin, l'emploi intérieur a augmenté de 13.200 personnes (+0,3%) par rapport au trimestre précédent.

Les exportations qui avaient chuté de 5,7 % au 2 trimestre sont reparties modestement dans le vert à +0,7 %.

Les importations, qui toutefois sont à soustraire du PIB, sont aussi revenues en territoire positif à +1,2% après avoir stagné le trimestre d'avant.

Les dépenses publiques, qui avaient été dopées à 4,8% au 2e trimestre en raison des embauches liées au recensement, ont modéré leur progression à +2%. L'investissement des ménages a diminué au troisième trimestre (+0,1% après +1,6%), après la forte hausse des transactions immobilières enregistrée au deuxième trimestre.

La publication de ces chiffres plutôt favorables intervient alors que la Banque centrale américaine (Fed) conclut mercredi une réunion de politique monétaire. La France confirme ainsi sa résistance dans un environnement mondial et européen dominé par un ralentissement de la croissance.

Les marchés s'attendent à ce qu'elle réduise encore les taux d'intérêt au jour le jour d'un quart de point de pourcentage (0,25%) pour les fixer sous 1,75%.

Recommande: