"Moustiques : "premiers cas " autochtones " du virus Zika signalés en France

24 Octobre, 2019, 10:07 | Auteur: Jonathan Ford
  • Virus Zika: un deuxième cas détecté en France métropolitaine

Les autorités de santé appellent à la vigilance concernant l'augmentation des cas autochtones d'infections par le virus Zika et celui de la dengue.

Il s'agit des deux seuls cas de virus autochtone observés en France métropolitaine, selon l'ARS, qui ajoute que les deux personnes sont guéries.

Celle-ci rappelle qu'un cas est qualifié d'autochtone quand la personne a contracté la maladie sur le territoire national, et qu'elle n'a donc pas été infectée à l'étranger, comme c'était le cas jusqu'alors. "Le froid commence à peine à les chasser", souffle enfin Élodie, 31 ans, un brin inquiète par cette prolifération de moustiques-tigres, vecteurs de maladies tropicales, alors qu'elle est enceinte de cinq mois.Car dans sa commune, à Vallauris (Alpes-Maritimes), là où elle vient de s'installer avec son compagnon, sept cas autochtones de dengue ont été identifiés depuis le 1er août et un foyer de deux cas d'infection à virus Zika vient d'être signalé à Hyères, dans le département voisin du Var, par les autorités sanitaires. C'est même "probablement" la première transmission autochtone documentée en Europe, selon la Direction générale de la santé (DGS), qui ajoute que "les investigations se poursuivent pour détecter d'éventuels autres cas et éviter la propagation de la maladie".

La dengue et le Zika se transmettent de personne à personne par l'intermédiaire d'une piqûre de moustique-tigre (Aedes).

L'insecte est présent "dans une cinquantaine de départements français en métropole, les deux-tiers sud de la France et la région parisienne notamment", explique Stéphanie Blandin, chercheuse à l'Inserm et spécialiste des moustiques à l'Institut de biologie moléculaire et cellulaire de Strasbourg.

Les symptômes de la dengue et du zika pouvant ressembler à ceux d'un état grippal, ils peuvent être difficiles à relier à ces maladies et ne sont donc pas systématiquement évoqués, observe la DGS. "C'est pourquoi les professionnels de santé ont été sensibilisés à la situation par les ARS concernées", notamment "ceux qui sont amenés à prendre en charge des femmes enceintes", car le virus Zika peut "causer dans de rares cas des malformations congénitales" chez l'enfant à naître.

Ces cas sont à distinguer des cas importés qui ont contracté la maladie à l'occasion d'un voyage en zone contaminée.

Recommande: