Hong Kong : la cheffe de l'exécutif empêchée de s'exprimer au Parlement

20 Octobre, 2019, 13:48 | Auteur: Lynn Cook
  • Vidéos. Hong Kong : sous les huées Carrie Lam extraite du Parlement

Scènes chaotiques au Parlement hongkongais: la cheffe de l'exécutif, Carrie Lam, été contrainte mercredi d'interrompre son discours de politique générale après avoir été chahutée par des parlementaires pro-démocratie, qui l'ont huée jusqu'à ce qu'elle quitte le Conseil législatif.

Carrie Lam, dont les contestataires réclament la démission, a prévu d'annoncer une série de mesures - principalement en matière d'immobilier - destinées à restaurer la confiance de la population hongkongaise dans le gouvernement local après plusieurs mois de contestation.

Après le saccage du Parlement, le 1er juillet, qui avait empêché la législature de terminer ses travaux, et un été de révolte comme la région administrative spéciale de Chine n'en avait jamais connu depuis sa rétrocession par le Royaume-Uni à la Chine, en 1997, la rentrée parlementaire se déroulait sous haute tension. Ses services ont finalement diffusé une vidéo d'elle lisant cette allocution à huis clos. Plusieurs ont dû être escorter en dehors de l'hémicycle par les services de sécurité.

La mobilisation était née du rejet d'un projet de loi qui voulait autoriser les extraditions vers la Chine.

Elle s'est rabattue un peu plus tard sur Facebook Live pour s'exprimer en direct, mais les émojis et les commentaires critiques ont envahi sa page: les 9400 émojis de visages courroucés ont largement dominé 2100 likes et 632 cœurs. Ce texte a depuis été retiré, mais trop tardivement selon les manifestants qui ont depuis considérablement élargi le champ de leurs revendications.

Faute de concession de l'exécutif hongkongais et de Pékin, le mouvement a pris un tour de plus en plus confrontationnel avec les forces de l'ordre.

Sham, qui avait déjà subi une attaque en août, a été hospitalisé, a précisé cette organisation non violente, à l'origine des plus grands rassemblements de ces derniers mois dans l'ex-colonie britannique.

Mais le chaos s'est de nouveau abattu sur la chambre quand des conseillers de l'opposition se sont mis à scander des slogans au moment où elle prenait la parole.

Des agressions ont également été commises ces derniers temps par des manifestants radicaux contre des civils qui n'étaient pas d'accord avec eux ou des personnes soupçonnées d'être des partisans de l'exécutif pro-Pékin. Mme Lam y annonce différentes aides financières et son intention d'accroître l'offre de logements et de terrains afin de résoudre le problème de la pénurie de logements.

Mais il était incertain qu'elle fasse d'importantes concessions politiques aux manifestants.

Outre des élections totalement libres, ils demandent une enquête indépendante sur les " violences policières " ou encore une amnistie pour les personnes arrêtées, qui sont plus de 2500.

Recommande: