La mobilisation se poursuit après de nouvelles violences — Catalogne

18 Octobre, 2019, 14:51 | Auteur: Lynn Cook
  • Les images des heurts à Barcelone après la condamnation des indépendantistes catalans

Selon le gouvernement et les autorités locales, plusieurs routes étaient coupées en raison des colonnes d'indépendantistes en marche vers Barcelone depuis mercredi ou de pneus incendiés placés sur la chaussée.

Les forces de l'ordre ont quant à elles signalé l'escalade des violences notamment cette nuit, et le président indépendantiste catalan Quim Torra les a également condamnées à la demande du Premier ministre espagnol.

"Nous ne pouvons pas nous permettre de faire un pas en arrière dans la défense inaliénable de notre droit à l'autodétermination".

Nées de la frustration d'une partie du mouvement indépendantiste, deux ans après l'échec de la tentative de sécession, ces batailles de rue ont marqué un tournant pour le mouvement séparatiste qui se targue d'être non-violent.

Parties mercredi de cinq villes catalanes dans des "marches de la liberté", des milliers de personnes doivent arriver dans la grande métropole du nord-est de l'Espagne pour participer à une manifestation prévue dans l'après-midi. Rien que dans la journée de mercredi, 96 blessées ont été dénombrés dans quatre villes de la région, dont 58 à Barcelone.

46 policiers régionaux et nationaux ont été blessés dans l'ensemble de la région, dont certains gravement.

Des manifestants ont par ailleurs bloqué des routes dans la région au cours de la matinée.

Selon des chiffres du ministère de l'Intérieur, 29 personnes ont été arrêtées dans la province de Barcelone, 14 dans celle de Tarragone et 8 dans celle de Lérida.

M. Sanchez et les socialistes "sont dépassés par les événements, ils ne veulent pas prendre de décisions", a dénoncé jeudi Ana Pastor, une dirigeante du Parti Populaire (PP, droite) qui réclame la reprise en mains par l'Etat de la sécurité, qui dépend en Catalogne du gouvernement régional.

Mais devant le parlement régional, Quim Torra propose un nouveau vote sur l'indépendance. D'après le dernier sondage publié en juillet par le gouvernement de Quim Torra, 44% y sont favorables et 48,3% y sont opposés. "Nous retournerons de nouveau aux urnes pour l'autodétermination", a-t-il ajouté.

"Nous connaissons tous les difficultés que nous imposent la répression et la peur".

C'est dans le même hémicycle que son prédécesseur Carles Puigdemont avait annoncé son intention d'organiser le référendum interdit du 1er octobre 2017 qui a conduit à une déclaration d'indépendance infructueuse.

Barcelone a vécu une quatrième nuit de tensions, de jeudi 17 à vendredi 18 octobre.

La situation s'envenime en Catalogne où les manifestations se succèdent après la condamnation à des peines de prison de leaders indépendantistes.

Recommande: