Carles Puigdemont auditionné dans les locaux de la police fédérale

18 Octobre, 2019, 22:51 | Auteur: Lynn Cook

Pour l'instant, il a été remis en libéré par le juge d'instruction sous certaines conditions.

Alors qu'une manifestation massive agite ce vendredi Barcelone, l'ex-président catalan Carles Puigdemont s'est présenté volontairement aux autorités belges pour se voir signifier le mandat d'arrêt européen émis contre lui à Madrid.

Dans la cas présent, le juge a décidé de libérer Carles Puigdemont sous conditions.

Depuis que le leader indépendantiste s'est réfugié en Belgique, fin octobre 2017 après la sécession ratée de la Catalogne, c'est la troisième fois que l'Espagne émet un mandat d'arrêt européen pour obtenir sa remise.

" Il appartiendra ensuite à la chambre du conseil de statuer sur l'exécution ou non de ce mandat d'arrêt européen", a exposé le porte-parole du parquet. Il lui est notamment interdit de quitter la Belgique et il doit rester joignable en toute circonstance. Ses services ont précisé que pour s'opposer à sa remise à l'Espagne il avait plaidé devant le juge belge "son immunité en tant que membre du Parlement européen".

Dans ce mandat visant le responsable catalan, qui vit à Waterloo au sud de Bruxelles, la justice espagnole vise les délits de " sédition et détournements de fonds publics ". Le parquet de Bruxelles prévoit une communication dans l'après-midi.

" Vu la complexité du dossier et les deux mandats d'arrêt européens déjà émis précédemment contre C. Puigdemont, le dossier demande une analyse juridique approfondie", avait-il fait valoir.

L'audience devant la chambre du conseil aura lieu le 29 octobre. Le problème est qu'il n'est pas considéré comme un eurodéputé car n'ayant pas prêté serment de respecter la Constitution espagnole.

Lundi, la Cour suprême espagnole a condamné neuf dirigeants sécessionnistes à des peines comprises entre neuf et 13 ans de prison pour sédition et, pour certains, malversations.

Recommande: