"Avortement illégal": le roi du Maroc gracie la journaliste Hajar Raissouni

17 Octobre, 2019, 02:18 | Auteur: Sue Barrett
  • Maroc : la journaliste condamnée pour avortement illégal graciée par le roi et libérée

Hajar Raissouni, la journaliste condamnée à un an de prison ferme pour des faits en lien avec l'avortement, vient de bénéficier d'une grâce royale, une information d'Atlantic Radio. Un soulagement pour les défenseurs des droits humains, qui avaient fait de cette affaire un symbole des lois liberticides en vigueur dans le royaume, et un cas d'école de leur instrumentalisation par le régime pour museler les voix gênantes. Son fiancé et le gynécologue, l'anesthésiste et la secrétaire médicale, également condamnés, ont aussi été libérés. La femme sera relâchée dans les prochaines heures, a appris l'AFP d'une source gouvernementale.

Comme après sa condamnation le 30 septembre, la journaliste du quotidien arabophone Akhbar Al-Yaoum a adressé un signe de la victoire à sa sortie de la prison d'El Arjat, dans les environs de Rabat, a constaté un photographe de l'AFP sur place.

La nouvelle de la libération d'Hajar Raissouni s'est propagée sur les réseaux sociaux au Maroc et à l'étranger, alors que le mot d'ordre #freehajar était devenu viral depuis son arrestation.

Le roi Mohammed VI a accordé sa grâce à Hajar Raissouni, condamnée à une peine de prison et qui fait toujours l'objet de poursuites judiciaires, indique le ministère de la justice.

"Enfin, une bonne nouvelle!", "Merci majesté", "Les combats justes ne laissent pas indifférents", "Bravo aux hommes et femmes libres dans ce pays et dans le monde", ont commenté les internautes. "La lutte continue contre les lois draconiennes et sexistes", a déclaré la militante féministe Betty Lachgar.

Depuis son arrestation, Hajar Raissouni dénonce un procès "politique" liés à l'engagement de ses proches et de son journal.

Elle dit depuis le début avoir été traitée pour une hémorragie interne, ce que son gynécologue a confirmé devant la justice.

Lors du procès, le fiancé de la journaliste avait été condamné comme elle à un an de prison.

Recommande: