Maléfique : Le Pouvoir du Mal. La guerre des belles-mères

16 Octobre, 2019, 15:22 | Auteur: Sue Barrett
  • Maléfique : Le Pouvoir du Mal. La guerre des belles-mères

"Maîtresse du mal", Angelina Jolie et Elle Fanning reprennent, avec moins de magie, leurs personnages du premier volet.

L'émerveillement ressenti devant le "Maléfique" de 2014 est absent. Cinq ans plus tard, ce dérivé de "La Belle au bois dormant" a des allures d'appât du gain et c'est bien dommage.

Philippe (Harris Dickinson) est le fils du roi et de la reine d'un royaume voisin, et l'annonce de son mariage avec Aurore fait renaître l'espoir d'une cohabitation harmonieuse entre les Hommes et le peuple des Fées, au sein duquel vit Aurore. Pas du goût de Maléfique qui se méfie.

Dès le début, "Maléfique: Maîtresse du mal" semble bancal, conçu principalement pour mettre de l'avant une kyrielle d'effets spéciaux qui ne parviennent jamais à nous faire oublier les nombreuses incohérences du scénario.

"J'ai accepté le rôle sans me poser de questions, parce que j'avais envie de sortir de ma zone de confort", confiait Angelina Jolie.

Elle n'a pas tort, même si elle ignore encore les noirs desseins de la reine (Michelle Pfeiffer) et du nabot contrefait aux faux airs de Jean-Pierre Papin qui, à son service dans les entrailles de son château, effectue d'inquiétantes expériences d'apothicaire. Quant aux créatures imaginaires dont elle est la souveraine, elles sont nettement moins réussies que celles de 2014. un comble pour un conte de fées, visiblement destiné aux familles en quête d'un divertissement plus que léger!

Recommande: