Libra: Mark Zuckerberg va être entendu au Congrès américain sur son projet

15 Octobre, 2019, 08:45 | Auteur: Aubrey Nash
  • Mark Zuckerberg: Personne ne mérite d’être milliardaire

Le crypto-sceptique Arch Maxine Waters, qui a récemment dirigé une visite de comité pour rencontrer des régulateurs en Suisse, où sera basée l'association Libra, est à la tête du comité et a précédemment appelé Zuckerberg à suspendre ses travaux sur la Libra.

Dans une déclaration relayée par le média américain, Stripe explique qu'il soutient " les projets visant à rendre le commerce en ligne plus accessible aux personnes du monde entier " et de ce fait, l'entreprise reste " disposée à travailler avec l'Association Libra à un stade ultérieur. Ces annonces de désistements surviennent après une missive envoyée par deux sénateurs américains à Visa, Mastercard et Stripe.

Si les communiqués des uns et des autres se veulent politiquement corrects et laissent certaines portes ouvertes, le coup est particulièrement sévère pour le projet de stablecoin qui vient de perdre, en l'espace d'une semaine, tous ses partenaires œuvrant dans l'industrie des paiements electroniques.

L'association Libra se trouve désormais dépourvue de spécialistes de premier plan du paiement parmi ses membres, ce qui veut dire qu'elle ne pourra plus compter sur un acteur mondial pour aider les consommateurs à convertir leurs devises en Libra et pour faciliter les transactions.

Dans ces conditions, Pay U est restée la seule société de paiement encore présente dans l'association Libra.

Le responsable du projet, le Genevois David Marcus, a réagi sur Twitter en remerciant Mastercard et Visa pour leur soutien depuis la première heure: "La pression a été intense (euphémisme) et je respecte leur décision d'attendre jusqu'à ce qu'il y ait une réglementation claire pour que la Libra puisse aller de l'avant".

Or, de l'aveu même de Facebook, et tel que rappelé à la fois dans le Livre Blanc du projet et la récente mise en garde communiquée aux investisseurs cet été, il s'agit là d'un réel point faible de l'entreprise californienne qui comptait bien sur des partenariats solides sur ce sujet à la fois complexe et stratégique. Libra? C'est le projet de cryptomonnaie lancée par Facebook, qui doit voir le jour en 2020, pour permettre des échanges d'argent facilités et accélérés par Internet.

L'œil de Sauron de la SEC et du fisc Américain semblant représenter une menace efficace, ce sera merci, mais non merci, donc. Vous souhaitez me faire part de votre avis sur un sujet, ou m'en proposer un?

Recommande: