Démission du patron des patrons après de propos sur l'Algérie — Maroc

14 Octobre, 2019, 02:37 | Auteur: Sue Barrett
  • Maroc: démission du patron des patrons après de propos sur l'Algérie

Selon l'information rapportée par des médias locaux, cette décision intervient juste après un communiqué du ministère des affaires étrangères où le gouvernement marocain dénonce la démarche "irresponsable, maladroite et irréfléchie " de Mezouar en commentant la situation en Algérie lors d'une conférence à Marrakech samedi.

Hier, lors de la première journée du World Policy Conference, organisé à Marrakech, Salaheddine Mezouar a appelé l'homme fort en Algérie à accepter de partager le pouvoir avec le peuple algérien.

"Les mutations majeures et structurelles que connaît le Maghreb sont porteuses d'espoir", a souligné Salaheddine Mezouar, cité par Le Desk.

Le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Salaheddine Mezouar, a démissionné dimanche après avoir tenu des propos sur la situation politique en Algérie, vivement critiqués par le gouvernement de son pays, ont rapporté des médias marocains.

Pour rappel, le MAE avait qualifié les déclarations de Mezouar de " démarche irresponsable, maladroite et irréfléchie ".

"Cette déclaration a soulevé des questionnements au niveau de la classe politique et de l'opinion publique quant a son timing et ses véritables motivations".

"La CGEM ne peut se substituer au gouvernement de sa Majesté le roi dans la prise de positions sur les questions internationales et notamment le développement dans ce pays voisin".

Le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) vient d'annoncer sa démission.

Pour mémoire, le chef de la diplomatie avait alors martelé que "le Maroc n'a ni à se mêler des développements internes que connait l'Algérie (...) Aucune déclaration n'a été faite à aucun média, de manière formelle ou officieuse".

Le communiqué conclut que "le Maroc a, en réalité, choisi de ne pas intervenir dans les affaires de l'Algérie, en s'abstenant de tout commentaire".

Des propos qui rappelle le communiqué publié, en décembre 2016, par Mezouar lui-même, alors qu'il était encore ministre des Affaires étrangères, pour condamner la sortie toute critique du chef du gouvernement Abdelilah Benkirane sur l'intervention russe en Syrie.

Recommande: