Abiy Ahmed, Premier ministre éthiopien, remporte le prix Nobel de la paix

12 Octobre, 2019, 01:06 | Auteur: Lynn Cook
  • Greta Thunberg et le vainqueur Abiy Ahmed

"C'est un prix donné à l'Afrique, donné à l'Ethiopie, et je peux imaginer comment le reste des dirigeants africains le prendront positivement pour travailler sur le processus de construction de la paix sur notre continent".

Le comité Nobel a félicité le Premier ministre éthiopien pour avoir non seulement fait pression en faveur de la paix avec l'Érythrée, mais aussi pour avoir mené une série de réformes.

Son leadership "a fourni un formidable exemple aux pays d'Afrique et d'ailleurs qui cherchent à surmonter les résistances du passé et à faire passer l'intérêt de la population en premier", a commenté vendredi le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres.

Le Nobel est décerné à M. Abiy, mais l'action du président érythréen a aussi été saluée. Après une rencontre elle-même historique le 9 juillet 2018 à Asmara, la capitale érythréenne, le président érythréen Issaias Afeworki, 71 ans, et Abiy Ahmed avaient mis fin à vingt ans d'état de guerre entre les deux frères ennemis. Car pour le Comité, " la paix ne découle pas des actions d'un seul acteur.

Sur le plan intérieur, il a rompu avec l'autoritarisme de ses prédécesseurs, libéré des milliers de prisonniers politiques, créé une commission de réconciliation nationale et levé l'interdiction pesant sur certains partis politiques.

Réouverture d'ambassades et de postes-frontières, rétablissement des liaisons aériennes, multiplication des rencontres.: la réconciliation a été menée tambour battant par le jeune dirigeant issu d'une famille pauvre, souvent considéré comme visionnaire et réformateur. "C'est à la fois une reconnaissance et un encouragement de ses efforts", a-t-elle souligné. C'est pour ses efforts de paix dans la région et pour la coopération internationale qu'il est recomposé. La paix avec l'Erythrée peine à porter ses fruits tandis que l'Ethiopie est le théâtre de violences intercommunautaires.

Arrivé au pouvoir en 2018, Abiy Ahmed a fait de la réconciliation avec le voisin érythréen, son cheval de bataille.

Recommande: