"Macron, c'est un petit joueur à côté !", ironise François Fillon — "Gilets jaunes"

11 Octobre, 2019, 14:15 | Auteur: Sue Barrett
  • Fillon_Gilets_jaunes_2

Il s'est retiré de la politique après avoir fait sombrer la droite à la présidentielle. Mais son arrogance est intacte.

L'ancien Premier ministre français, qui sera jugé avec son épouse à partir de février 2020 pour l'affaire d'emplois fictifs présumés qui a sabordé sa campagne en 2017, a jugé lors d'une interview à la Radio Télévision Suisse que les répercussions de cette contestation sur la politique gouvernementale n'était pas "bon signe". "Macron c'est un petit joueur à côté", a-t-il plaisanté.

François Fillon ne fait plus beaucoup parler de lui depuis sa défaite au premier tour de la présidentielle, mais il suit toujours de près l'actualité politique et sociale.

François Fillon a également commenté la situation de ses anciens comparses des Républicains. Questionné sur la capacité du chef d'Etat à incarner un sursaut européen, François Fillon répond: "Pourquoi pas?"

Les Gilets jaunes? "Pas grand chose". Il y a eu au maximum des manifestations 150 000 ou 180 000 personnes dans toute la France à manifester. Ou est-ce qu'un homme, une personnalité, pourra l'interrompre?

Il dit regretter que, "pourtant, [Macron] a reculé parce qu'il y a cette puissance de l'image, cette puissance médiatique et des réseaux sociaux qui fait croire que, tout à coup, le pays est à feu et à sang". "Si cette crise a déstabilisé un gouvernement légitime venant d'être mis en place, ce n'est pas bon signe". Au journaliste qui lui demande s'il éprouve les "3 R", "regrets, remords et rancune", François Fillon assure: "J'éprouve les trois, forcément". "Il y a des comportements humains qu'on ne peut pas complètement pardonner" mais "je tourne la page", a-t-il ajouté. Il déplore que "depuis 20 ans, des batailles uniquement personnelles et d'ego et pas des débats idéologiques aient animé la droite française", estimant que "la droite française s'est suicidée". "IL a jugé "intéressant de voir aux obsèques de Chirac ces gens, qui s'étaient battus les uns contre les autres", pour l'occasion "rassemblés" et réconciliés". Aujourd'hui président de la Commission des constructeurs de la Fédération internationale de l'automobile, M. Fillon affirme en tout cas qu'il exclut un retour en politique: "J'ai choisi une autre vie qui me satisfait pleinement".

Recommande: