Comment la manifestation en faveur de Mickaël Harpon a finalement été interdite

10 Octobre, 2019, 08:32 | Auteur: Sue Barrett
  • Quatre personnes ont été tuées lors de l'attaque commise à la préfecture de police de Paris

Si l'homme condamne la tuerie perpétrée par Mickaël Harpon, depuis que Le Figaro a révélé l'existence de cette manifestation, nombre de voix se sont élevées pour appeler à son interdiction, à commencer par celle du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner qui promet que ce rassemblement sera "interdit", alors que la préfecture du Val-d'Oise avait annoncé plus tôt qu'elle ne le serait pas. L'arrêté a été pris par le préfet du Val-d'Oise dans la journée. L'organisateur de ce rassemblement est l'ex-"candidat des banlieues" aux élections européennes qui se sont déroulées au mois de mai, Hadama Traoré. "C'est une provocation insupportable", a-t-il ajouté, s'exprimant avant l'annonce de Christophe Castaner.

"Hadama Traoré, activiste politique d'Aulnay-sous-Bois, voulait organiser une manifestation jeudi à Gonesse, en soutien à Mickaël Harpon, qui selon lui " n'était pas un terroriste " et brocardant la " désinformation médiatique et politique ".

"J'ai demandé à ce que les propos odieux tenus par son organisateur soient dénoncés au procureur de la République, sur le fondement de l'article 40 du code de procédure pénale ", avait dit le ministre.

L'interdiction de la manifestation est une "décision à la fois politique et républicaine, qui a été prise par le ministre de l'Intérieur, soutenu évidemment par l'ensemble du gouvernement", a déclaré la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, à l'issue du conseil des ministres.

Dans un autre message, l'activiste déclare vouloir "rétablir la vérité" sur Mickaël Harpon, assurant qu'il souffrait au travail du fait de son handicap.

Droite et extrême droite, mais aussi certains à gauche, sont vent debout mercredi contre l'organisation de cet hommage au tueur de la préfecture de Paris, et réclament son interdiction et pour certains la poursuite de ses initiateurs. Comment croire qu'Emmanuel Macron pourrait lutter contre "l'hydre islamiste" alors qu'il n'arrive même pas à faire interdire une manifestation de soutien à l'assassin de quatre policiers organisée par un ver de terre?

Une attaque au couteau jeudi 3 octobre à la préfecture de police de Paris a fait quatre morts, dont trois policiers et un agent administratif, ainsi qu'un blessé grave. Annoncée sur Facebook, cette manifestation devait se tenir ce jeudi, devant le domicile de l'assaillant, à Gonesse. Yannick Jadot, patron d'EELV, a considéré "cette forme de légitimation d'un attentat absolument abominable est scandaleuse". Son rassemblement avait finalement été interdit par la préfecture. "On est vraiment parfois au bout de l'abject et du cynisme ", a-t-il déploré.

Recommande: