500 supportrices de l'Iran attendues pour le match face au Cambodge

10 Octobre, 2019, 21:57 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Des supportrices iraniennes assistent à un match de volley masculin à Téhéran

Téhéran n'a pour le moment pas annoncé que les femmes pourraient assister aux matches du championnat iranien ou à d'autres rencontres internationales, alors que la Fifa demande que les femmes soient autorisées dans les stades de football "pour tous les matchs".

" Azadi bédoun-é gozinèch", titrait jeudi le quotidien réformateur Sharq : " Liberté sans sélection", avec un jeu de mots sur " Azadi " (" liberté " en persan), qui est aussi le nom du stade emblématique.

Jusqu'à la dernière minute, Fatemeh, femme au foyer d'une trentaine d'années, était partagée entre joie et inquiétude. Non, on ne parle pas de la découverte d'une nouvelle planète mais bien de l'autorisation accordée aux Iraniennes pour assister à la rencontre entre l'Iran et le Cambodge ce jeudi (15h30). "J'étais incroyablement enthousiaste. Mais maintenant, ça a fait place à de l'inquiétude", confiait-elle à l'AFP à l'extérieur du stade avant le début du match.

C'est la venue, il y a quelques semaines, d'une délégation de la Fédération internationale des associations de football (Fifa), consécutive au décès de Sahar Khodayari, et les menaces concrètes de sanctions brandies par les officiels, qui ont permis cette ouverture inédite, après plusieurs années de pression en ce sens par l'instance internationale régentant le football à échelle planétaire, "pour assurer la liberté et la sécurité de toutes les femmes engagées dans cette bataille légitime pour mettre fin aux interdictions d'entrer dans les stades", selon tes termes de son dernier communiqué.

L'équipe nationale iranienne n'a éprouvé aucune difficulté à se défaire du Cambodge à domicile devant plus de 3.500 supportrices iraniennes, fait inédit, présentes au stade Azadi à Téhéran dans un bloc qui leur était réservé.

La FIFA avait alors accentué sa pression sur l'Iran, menaçant le pays de sanctions, pour permettre aux femmes d'assister aux matches de football masculin.

On n'en est pas encore là. En effet, si des femmes pourront assister au match de ce jeudi, elles ne pourront pas se mélanger à la gent masculine.

Les places pour le stade Azadi ("Liberté" en persan) se sont vendues comme des petits pains et "la présence de 3 500 supportrices iraniennes (.) est assurée", selon l'agence officielle Irna.

Amnistie internationale a qualifié pour sa part de " coup publicitaire cynique " la décision de n'autoriser qu'un " nombre symbolique de femmes " à assister au match.

Des haut-parleurs répétaient en boucle: " Les femmes sans billet se verront interdire l'entrée.

"Guélareh, étudiante de 18 ans, ne cache pas sa déception".

Recommande: