Dernier hommage en Corrèze à Jacques Chirac

09 Octobre, 2019, 07:09 | Auteur: Sue Barrett
  • Bernadette Chirac absente à l'hommage de Sainte-Féréole, sa fille Claude donne de ses ...

Ancienne collaboratrice, fille dévouée à son vieux père, responsable de la communication de la famille, Claude Chirac en plein deuil du décès de son père, doit désormais faire face à la santé précaire de sa mère.

Après l'hommage national rendu à Jacques Chirac aux Invalides et en l'église Saint-Sulpice à Paris le 30 septembre, la Corrèze a à son tour organisé une cérémonie en mémoire de l'un de ses plus célèbres représentants.

"Je ne peux dire que merci au nom de mon père et de ma maman qui est avec nous depuis Paris", avait déclaré, visiblement très affectée, jusqu'aux larmes, Claude Chirac, au côté de son mari Frédéric Salat-Baroux mais sans Bernadette Chirac, affaiblie.

L'ancien adversaire de Jacques Chirac en Corrèze, dont il était devenu proche ces dernières années, a d'ailleurs eu droit à une attention particulière: "Si vous pouviez monsieur le Président, et madame, monter avec nous sur scène, ça me toucherait beaucoup", a exhorté, très ému, Frédéric Salat-Baroux, à la tribune où trônait un portrait géant de son beau-père. Le petit-fils unique de l'ex-président, Martin Rey-Chirac, l'ancien président socialiste François Hollande et sa compagne Julie Gayet étaient présents. Deux ans plus tard, il est élu député de la Corrèze et y sera réélu sans discontinuité jusqu'à son accession à l'Élysée en 1995.

"Dans l'enfance et l'adolescence, Jacques Chirac s'est construit ici", a rappelé Henri Soulier, le maire du village.

L'an dernier, Brive-la-Gaillarde avait inauguré une " Avenue Jacques et Bernadette Chirac ", une première en France pour un ancien couple présidentiel.

C'est encore un hommage que Bernadette Chirac a manqué.

"Cette maison, on ne la vendra jamais, on est toujours de quelque part et pour Claude, ce quelque part, c'est là", a assuré Frédéric Salat-Baroux.

Cette journée, organisée par le Département de Corrèze, s'est ensuite achevée autour d'un "buffet corrézien" ouvert au public. Sur la table? De la bière, sans surprise, et d'autres clins d'oeil au régime de l'ancien président. " Aucune invitation ne sera envoyée ", précise Pascal Coste, le président du conseil départemental de la Corrèze.

Recommande: