Un nouveau test sanguin détecte Alzheimer 20 ans avant la maladie

23 Septembre, 2019, 19:41 | Auteur: Jonathan Ford
  • Un test permettrait de dépister l'Alzheimer 20 ans plus tôt

Une équipe de scientifiques de l'Université de Washington a néanmoins publiée jeudi 1er août une étude dans la revue Neurology qui prouve qu'un test sanguin pourrait permettre de détecter la maladie 20 ans avant son apparition. Cet examen s'avèrerait révolutionnaire puisqu'aujourd'hui, la détection d'Alzheimer ne se fait que par IRM, technique coûteuse et chronophage. Aux États-Unis, des scientifiques de l'Université de Washington à Saint-Louis, dans le Missouri, estiment qu'un test permet de déceler les modifications dans le cerveau annonçant la maladie d'Alzheimer avec une précision de 94%.

"Actuellement on repère des personnes pour des essais cliniques grâce à des scans, ce qui prend beaucoup de temps et est très coûteux", explique au Guardian Randall Bateman, un professeur de neurologie qui a participé à l'étude.

Ce nouveau test sanguin permettrait de mesurer les niveaux de la protéine bêta-amyloïde, un indicateur clef de la maladie d'Alzheimer, dans le sang. Si la maladie ne peut pas encore être guérie à l'aide de médicaments, sa découverte à un stade avancée permet de ralentir sa progression. D'autres facteurs comme l'âge ou la variation génétique APOE4, liée à la maladie, la fiabilité de ce test sanguin atteint les 94 %.

Vingt ans avant que les premiers symptômes de la maladie d'Alzheimer apparaissent, les amas de protéines responsables de la maladie, les fameuses plaques amyloïdes, commencent à s'accumuler anormalement dans le cerveau. Et le constat est sans appel: "Des taux d'hémoglobine faibles et élevés sont associés à un risque accru de démence, y compris de MA (maladie d'Alzheimer)". Cependant, il faudra attendre les premiers traitements de la maladie pour que ces tests puissent être exploités à grande échelle. Les tests cliniques dont il fait l'objet devraient encore durer entre deux et cinq ans. "Car aujourd'hui, si les traitements ne marchent pas, c'est parce qu'on les donne trop tard", affirme à LCI Olivier de la Doucette, de la Fondation pour la recherche sur Alzheimer.

Bien que deux patients sur trois soient des femmes, le sexe ne semble pas affecter significativement le résultat de l'analyse.

Recommande: