Netanyahou joue sa survie dans les urnes

21 Septembre, 2019, 03:37 | Auteur: Lynn Cook
  • Benyamin Nethanyahou et Benny Gantz

"Finis les clivages visant à diviser pour régner; au contraire des actions rapides seront prises pour former un gouvernement d'union", a assuré M. Gantz, disant vouloir diriger le pays dans "l'intérêt de tous les Israéliens" et "non dans l'intérêt de groupes de pression".

Les résultats quasi définitifs des élections législatives israéliennes publiés ce vendredi 20 septembre par la commission électorale ont confirmé une impasse politique, aucun des deux partis arrivés en tête ne pouvant former une coalition.

Ces résultats font planer le doute sur l'avenir politique de M. Netanyahou, le Premier ministre resté le plus longtemps en poste dans l'histoire d'Israël, qui est confronté à de graves accusations de corruption et à une possible inculpation. Le peuple n'a pas tranché entre les deux blocs.

" Blue and White " a remporté 33 sièges à la Knesset (parlement israélien) lors de la dernière élection de mardi, alors que le Likoud n'en a obtenu que 31.

Même en ajoutant leurs alliés potentiels respectifs, soit des partis religieux et/ou très marqués à droite pour Benjamin Netanyahu, et des formations de gauche ou arabes pour Benny Gantz, le compteur s'arrête, pour l'heure, à 57 pour Bleu-Blanc et 55 pour le Likoud. Le chef de la Liste arabe unifiée, Ayman Odeh, a fait savoir, hier, que sa formation devrait recommander Benny Gantz pour la constitution du nouveau gouvernement, à condition que Netanyahu n'y figure pas. Le système de scrutin à la proportionnelle intégrale augmente les chances des petits partis, qui doivent toutefois obtenir plus de 3,25 % des voix pour entrer à la Knesset, forte de 120 sièges. "C'est pourquoi je t'appelle Benny". Nous n'avons pas le droit d'aller vers une troisième élection -je suis contre.

Des partisans du Likoud, le parti du premier ministre sortant Benyamin Netanyahou, au marché Mahane Yehuda à Jérusalem. Une attaque indirecte contre Benny Gantz qui avait promis d'ouvrir des discussions avec les formations arabes dans l'espoir d'arriver à une coalition. "Nous n'avons qu'une seule option: un gouvernement large, libéral, national, constitué de d'Israël Beitenou, du Likoud et de Bleu-blanc", a-t-il déclaré devant ses soutiens réunis à Jérusalem. Ou quand Israël se retrouve, cinq mois plus tard, tout proche de la case départ. Par ailleurs, Gantz a souligné que son alliance bleue et blanche " écoutera tout le monde, mais nous n'accepterons pas les mandats qui nous sont imposés ", un coup apparent à l'insistance de Netanyahu pour que les deux hommes se rencontrent.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu va-t-il encore déjouer les pronostics?

Sur le programme nucléaire iranien -qu'Israël considère comme une menace pour sa sécurité- tout comme sur le Hezbollah libanais, ou encore le Hamas, mouvement islamiste qui contrôle la bande de Gaza, difficile de discerner les différences entre le programme de M. Gantz et les vues de M. Netanyahu, explique à l'AFP Jonathan Freeman.

Et des pourparlers ont débuté entre différents partis afin de former un gouvernement de coalition et éviter ainsi de nouvelles élections. Or, M. Gantz avait répété par le passé qu'il refuserait de servir dans un gouvernement où le premier ministre est inculpé ou condamné pour de tels actes.

Recommande: