La Fed baisse à nouveau ses taux d'intérêt

19 Septembre, 2019, 12:52 | Auteur: Aubrey Nash
  • Le président de la Banque centrale américaine Jerome Powell

L'économie américaine entre dans sa onzième année de croissance, soutenue par un solide marché de l'emploi et une activité de consommation soutenue.

La légère remontée de l'inflation observée sur l'indice CPI en août n'a pour l'instant pas fait changer la Fed d'opinion sur l'inflation qui reste sous les 2%.

La baisse des taux est à nouveau justifiée par l'impact des développements internationaux sur les perspectives économiques et la faiblesse de l'inflation.

Le président Jerome Powell s'apprêtait à tenir une conférence de presse dans la foulée de la clôture de la réunion monétaire.

La décision de ce soir n'est pas une surprise, et était attendue par les marchés: selon le baromètre FedWatch de CME, les probabilités d'un tel scénario étaient de plus de 70%, ce soir, à quelques minutes de la publication du communiqué. Deux membres du Comité monétaire, qui avaient voté contre le repli des taux en juillet, pourraient récidiver, estimant que l'économie n'a pas besoin de ce stimulus. Deux responsables préféraient le statu quo et un réclamait une réduction plus importante, d'un demi-point.

La dernière dissension d'une telle ampleur au sein du FOMC remonte à septembre 2016 sous la houlette de Janet Yellen.

Visiblement insatisfait de la mesure, le président Trump a accusé la Fed d'échouer encore une fois.

La Réserve fédérale américaine, Fed, a été forcée à intervenir pour la première fois depuis dix ans. Aucune audace, aucun sens, aucune vision!

Mercredi, la Fed a également relevé légèrement sa prévision de croissance américaine à 2,2% cette année ("0,1 point)".

Mais ces projections individuelles, si elles indiquent une intention générale utile aux marchés, ne présagent pas exactement des décisions du Comité monétaire, car tous les participants aux projections ne sont pas des membres votants. "Je ne pense pas que ceux-ci seront en tête de notre liste", a-t-il déclaré tout en soulignant que la Fed se préparait à "être agressive s'il s'avère que c'est nécessaire".

Mais au rang des facteurs qui se sont dégradés, la Fed cite les investissements des entreprises et les exportations qui ont faibli, montrant que les inquiétudes autour des tensions commerciales et l'affaiblissement de la croissance mondiale pèsent sur l'industrie. Cette injection technique de liquidités ne devrait pas toutefois pas avoir d'incidence sur la politique monétaire de la banque centrale, assuraient certains économistes.

Les incertitudes sur les perspectives demeurent, dit encore la Fed.

La Banque de Réserve fédérale (Fed, banque centrale) de New York a annoncé mardi qu'elle allait injecter mercredi 75 milliards de dollars de liquidités supplémentaires sur les marchés, à travers son outil de prises de fonds en pension (repo).

Recommande: