Attention, les prix du carburant vont augmenter !

16 Septembre, 2019, 23:49 | Auteur: Aubrey Nash
  • Une station essence à Port-au-Prince

" L'attaque d'hier par des drones contre deux installations pétrolières Aramco en Arabie saoudite constitue une menace réelle pour la sécurité régionale", a déploré la porte-parole de la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini. Quant au brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI), il s'élève à près de + 9 %, sa plus forte hausse journalière depuis le 22 juin 1998.

Mais les professionnels du secteur tentent de rassurer comme ils peuvent: "notre pays reste à l'abri d'une rupture d'approvisionnement, préviennent-ils, malgré la montée des cours de 10 % aujourd'hui et la réduction de moitié de la production de l'Arabie saoudite".

Il n'y a aucune preuve que cette "attaque sans précédent contre l'approvisionnement énergétique mondial" soit venue du Yémen, avait commenté samedi Mike Pompeo. Un manque à représenter de 5,7 millions de barils par jour, soit l'équivalent de 6 % de la consommation quotidienne mondiale.

La flambée exceptionnelle des cours du pétrole sur les marchés internationaux, ce lundi, va logiquement se répercuter sur les prix à la pompe en France. La matière première elle-même représente 44 centimes sur le litre de gazole vendu en moyenne 1,41 euro la semaine dernière, et 41 centimes pour le litre de SP 95 commercialisé 1,48 euro.

"D'après lui, la progression devrait être de " 4 ou 5 centimes dès [mardi] ", excepté s'il y avait " une déclaration d'apaisement quelconque de la part des Etats-Unis ou de l'Arabie Saoudite cet après-midi.

"Si cette envolée est un feu de paille et que ce soir on a déjà largement réduit le +10% (de hausse des cours) qu'on avait ce matin, la conséquence va être mesurée sur les prix à la pompe", relativise M. Pousse. L'an dernier par exemple, la hausse des prix en octobre, celle qui avait déclenché la mobilisation des Gilets jaunes, était notamment liée aux événements qui s'étaient produits durant l'été au Yémen et au Venezuela, ainsi qu'à la décision de Donald Trump, en mai 2018, de quitter l'accord internationale sur le nucléaire iranien. Cinq centimes (de hausse), à supposer que ça reste à ce niveau, c'est tout à fait considérable.

La France peut-elle craindre une pénurie d'or noir?

" On a en France trois mois de réserve". La France peut cependant compenser en partie cette production en recul grâce à des stocks de trois mois.

De plus, " les exportations saoudiennes ne seront probablement pas affectées de façon significative", estime Amarpreet Singh, analyste chez Barclays, interrogé par Les Echos.

Recommande: