Accusée de "montage politique" par Alexis Corbière, l’émission riposte — Quotidien

12 Septembre, 2019, 00:37 | Auteur: Sue Barrett
  • Perquisitions chez LFI pour Quatennens Mélenchon est victime d'une

Dans un message publié mardi 10 septembre sur son compte Facebook, Jean-Luc Mélenchon s'en prend violemment à l'émission Quotidien et l'accuse de jouer "le jeu de la police politique". Il affirme ni plus ni moins que la rédaction de l'émission est une "police politique" coupable de "manipulation médiatique aux ordres du parquet".

Interpellé par Alexis Corbière sur LCI, qui se jugeait victime d'"humiliation", Yann Barthès a diffusé de nouvelles séquences de la perquisition mouvementée du siège de la France insoumise. Des vidéos qui selon Jean-Luc Mélenchon ne reflètent pas la réalité. Ce sont ses images qui servent de base à nos accusateurs.

L'équipe de Quotidien, le talk-show de TMC, met en ligne ce mercredi, à 18h, sur les réseaux sociaux et sur MyTF1.fr, l'intégralité des 45 minutes d'images tournées lors des perquisitions au siège de La France insoumise l'an passé. La vérité éclate. Depuis un an Quotidien cachait ces moments où Corbière et moi rassurons les policiers et appelons au calme. "Il y a quelques mois 'Le Monde' publiait illégalement des extraits des auditions en faisant croire à une violence absolue ("nos nez se sont presque touchés")". Ces tensions ne seront pas sans conséquences puisque Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière et d'autres responsables du parti sont convoqués, le 19 et 20 septembre, devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour " actes d'intimidation contre l'autorité judiciaire, rébellion et provocation ". "Les images elles sont coupées, a-t-il estimé sur LCI. Pour un homme comme moi, respectueux de la loi, c'est une humiliation", soufflait-il. Les caméra sde l'émission de TMC n'avaient pas raté une miette de la confrontation entre Jean-Luc Mélenchon et les forces de l'ordre, insistant bien dans la diffusion des images sur la phrase choque lancée par le député très en colère: "La République, c'est moi!". Mais quand on voit tout avant, les violences qui ont lieu, le moment où, calmement, je dis à ces policiers "pas de violence". "C'est politique, tout cela a eu des conséquences dans les urnes." a assuré l'homme politique.

Yann Barthès, présentateur de l'émission, a répondu aux accusations des Insoumis dans l'émission de mardi soir.

"Pour éviter que les Insoumis nous accusent pendant une semaine de bidonnage", a expliqué Yann Barthès.

Recommande: