Marine Le Pen s'attribue le rapprochement entre Macron et Poutine

11 Septembre, 2019, 11:24 | Auteur: Lynn Cook
  • La président du Rassemblement national Marine Le Pen fait sa rentrée politique à Hénin-Beaumont, le 8 septembre 2019

Il a encore parlé dimanche par téléphone au leader du Kremlin, à la veille d'une rencontre à Moscou entre les ministres des Affaires étrangères et de la Défense des deux pays doit permettre de concrétiser cette volonté de rapprochement.Lire aussi - Est-ce le grand amour entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine? "Insécurité physique, avec un ensauvagement progressif de la société, avec ces meurtres gratuits au couteau, à la machette, au sabre japonais, ces lynchages pour des motifs futiles, ces passages à tabac pour un simple regard, ces exactions barbares par de prétendus déséquilibrés souvent venus d'ailleurs", a déclaré la présidente du Rassemblement national lors de son discours de rentrée à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais).

Offensive, elle a frappé fort dès le début de son discours, dénonçant les "dérives antidémocratiques" et "impardonnables" du gouvernement lors des manifestations des "gilets jaunes", et les "mutilations des manifestants, tragiques faits d'armes de l'indigne M. Castaner", qui resteront une "marque indélébile du quinquennat Macron" selon elle. "C'est l'image de notre pays qui a a été abîmée", a taclé Marine Le Pen, regrettant aussi "les chars dans Paris", les policiers "armés de pistolets mitrailleurs".

Pour Marine Le Pen, "la faute politique" de ce gouvernement est aussi "d'avoir mis en œuvre un projet pour ceux qui ont réussi, tout en ignorant, voire méprisant, ceux qui aux yeux du président ne seraient rien".

Très applaudie, elle est longuement revenue sur ses fondamentaux: sécurité et immigration.

"Un sentiment d'insécurité généralisé s'installe en France".

"Pas un jour ne se passe sans un fait divers tragique et bien des événements cet été nous ont ramenés à cette violence endémique (.) À supposer que ces criminels barbares agissent seulement par folie, et non pas comme tout le laisse à croire, pour des motifs politico-religieux, je le dis: la France n'est pas une terre d'asile psychiatrique!", a encore dit la présidente du RN. "Ce qui nous anime est un esprit d'ouverture et d'union de toutes les bonnes volontés, venues de droite ou de gauche, du centre ou d'ailleurs". Une rentrée hautement symbolique pour Marine Le Pen qui fait face à la popularité grandissante de... sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen.

Recommande: