Le coq Maurice remporte "son" procès : un triomphe pour la campagne

05 Septembre, 2019, 16:43 | Auteur: Sue Barrett
  • Le coq Maurice à Saint-Pierre-d'Oléron le 5 juin 2019Plus

Maurice a continué à chanter aux premières lueurs de l'aube et aucune conciliation n'a pu avoir lieu entre les parties.

Les plaignants demandaient que la justice donne 15 jours à la propriétaire de Maurice, Corinne Fesseau, issue d'une vieille famille oléronnaise, pour éloigner l'animal ou le faire taire.

Le tribunal correctionnel de Rochefort a tranché: le coq Maurice peut continuer de chanter.

Bref les voisins, un couple d'agriculteurs retraités de Haute-Vienne dont la maison d'Oléron est la résidence de vacances, n'ont pas établi la preuve d'une nuisance. C'est une victoire pour tous les gens dans la même situation que moi. "J'espère que cela fera jurisprudence pour eux", s'est réjouie Corinne Fesseau, après des mois d'attente.

"Tout le monde va être protégé derrière: les cloches, les grenouilles". "Pourquoi pas une loi Maurice pour protéger tous les bruits ruraux?", propose-t-elle.

Article dans le New York Times, T-shirts "Let me sing" (Laissez-moi chanter) de la 'Team Maurice', pétition munie de 140'000 signatures pour "sauver Maurice", le volatile est devenu en quelques mois le symbole de la ruralité menacée par des "citoyens bobos".

Le procès n'est en tout cas pas le dernier du genre puisque dans les Landes, le tribunal de Dax se penchera début octobre sur le cas de canards et d'oies accusés de caqueter trop fort.

"Nous sommes ici au paroxysme de l'intolérance, il faut accepter les traditions locales", a dénoncé à l'AFP Christophe Sueur, le maire (DVD) de la commune qui avait pris un arrêté municipal en juillet 2018 pour rappeler l'aspect rural de la commune et prendre le parti de sa résidente permanente. "On a toujours vécu avec des potagers, des poulaillers, on a une vie plutôt traditionnelle", insistait l'édile.

Ces querelles de voisinage liées au bruit, "qui font les choux gras des médias" en France, ne sont pourtant pas les plus nombreuses dans le monde rural, relève l'expert qui cite comme conflits récurrents "tout ce qui tourne autour de l'utilisation des pesticides".

Recommande: