Deepfake : faut-il craindre Zao, l’application chinoise qui échange les visages ?

05 Septembre, 2019, 14:26 | Auteur: Sue Barrett
  • Des applications pour des réseaux sociaux dont WhatsApp sur un smartphone à Chennai en Inde le 22 mars 2018

Zao propose ainsi aux utilisateurs de coller leur visage sur celui d'autres personnes, et notamment des stars. Le principe est simple: remplacer le visage de stars de cinéma ou du petit écran par le sien grâce à la technologie du "deepfake".

Entre génétique parfois un peu capricieuse et canons de beauté variant avec les époques, il n'est logiquement pas donné à tout le monde de devenir le nouveau Leonardo DiCaprio. Elle connaît un immense succès depuis son lancement vendredi dernier. Le phénomène soulève l'inquiétude et augmente les risques de manipulation liés aux "deepfakes".

"Ciblée par les critiques, l'entreprise a été contrainte d'annoncer dimanche des changements à sa politique de confidentialité, qui lui donnait jusqu'alors un droit " irrévocable", " permanent " et " transférable " d'utiliser les contenus générés par les utilisateurs".

Un communiqué a été publié afin de rassurer les utilisateurs et couper court à la polémique: "nous comprenons les préoccupations au sujet de la protection de la vie privée. Nous avons bien reçu les retours des utilisateurs et allons régler les problèmes que nous navions pas pris en considération", a indiqué Zao.

Les conditions d'utilisation ont depuis été modifiées: l'entreprise a promis de désormais n'utiliser les photos et les vidéos mises en ligne par les internautes que pour améliorer l'application et de retirer de ses serveurs tout contenu ayant été effacé par les utilisateurs.

La controverse n'a pas entamé la popularité de Zao. En seulement deux jours, Zao est également devenue l'application gratuite la plus téléchargée du marché chinois.

Recommande: