Une 76e Mostra de Venise controversée — Cinéma

31 Août, 2019, 07:56 | Auteur: Sue Barrett
  • Catherine Deneuve et Juliette Binoche ouvrent la 76e Mostra de Venise sur fond de controverse

Et cette année, pour le coup d'envoi, les Françaises sont à l'honneur puisque Catherine Deneuve, Ludivine Sagnier et Juliette Binoche ont foulé le tapis rouge du festival pour présenter le film "La Vérité ", du réalisateur japonais Hirokazu Kore-eda.

Interrogé sur J'accuse et sur le pourquoi d'un film sur l'Affaire Dreyfus, Polanski en a profité pour glisser quelques mots à son propre sujet.

Dans le sillage de #MeToo, le réalisateur s'attire depuis plusieurs années les foudres des féministes, qui n'acceptent pas que ses films continuent à être montrés dans des festivals, tandis que l'Académie des Oscars a décidé de l'exclure l'an dernier.

Pour son premier film tourné en France, il met en scène Catherine Deneuve dans le rôle d'une grande actrice qui entretient des relations compliquées avec sa fille, jouée par Juliette Binoche, entre vérités cachées et rancœurs inavouées.

La projection a suivi la cérémonie d'ouverture, qui a lancé à 19h la compétition d'un festival qui ne manquera pas de stars, de Robert De Niro à Johnny Depp en passant par Penélope Cruz et Brad Pitt.

Cette année, ce sont les très attendus " Ad Astra ", odyssée spatiale de James Gray, ou " Joker ", film de super héros de Todd Phillips, qui pourraient reprendre le flambeau.

"Autre film américain en lice, le thriller " The Laundromat " de Steven Soderbergh, l'un des deux films Netflix en compétition, se penchera sur la crise des Panama Papers, avec Meryl Streep, Gary Oldman et Antonio Banderas". Tour à tour, ils sont arrivés au Lido en vaporetto et n'ont pas manqué de prendre la pose pour les nombreux photographes. Roman Polanski est toujours poursuivi par la justice américaine pour le viol d'une adolescente en 1977. Le réalisateur du Pianiste, lui, sera absent, a indiqué l'attaché de presse du film. Je représente beaucoup de femmes qui se battent en Argentine pour des questions comme celle-là, et je ne souhaite pas me mettre debout et applaudir " déclare-t-elle.

"Interrogée vendredi après-midi devant les journalistes sur " ce sentiment de persécution " ressenti par Roman Polanski, qui se retrouve dans ses films, Emmanuelle Seigner s'est contentée de dire qu'il était " assez simple de le comprendre ". Elle a ajouté qu'elle n'avait "aucun préjugé" sur cette oeuvre et la regarderait "de la même façon que tous les autres films de la compétition".

Alberto Barbera a justifié son choix, affirmant que s'il avait trouvé d'autres réalisatrices à mettre en compétition, " il les aurait acceptées ", mais qu'il était " tout à fait contre les quotas de femmes quand on fait une sélection ".

" Je suis convaincu qu'il faut faire une distinction très claire entre l'homme et l'artiste", a réaffirmé mercredi le directeur de la Mostra, Alberto Barbera, lors d'une conférence de presse. C'est l'un des derniers maîtres toujours actifs du cinéma européen.

Ajoutant à la polémique, la présence dans une section parallèle d'"American Skin", le nouveau film de Nate Parker. Deux seulement ont été sélectionnées, la Saoudienne Haifaa Al-Mansour avec "The Perfect Candidate" et l'Australienne Shannon Murphy avec "Babyteeth".

Allant à son encontre, la présidente du jury Lucrecia Martel s'est de son côté exprimée clairement en faveur des quotas. "Il faut donner aux femmes la place qui leur est due ".

Recommande: